[Finance solidaire] NEF une banque coopérative fondée par les spiritualistes de l’Anthroposohie

« L’anthroposophie est un courant de pensée et de spiritualité créé au début du XXe siècle par Rudolf Steiner. Selon lui elle serait une science de l’esprit, une tentative d’étudier, d’éprouver et de décrire des phénomènes spirituels avec la même précision et clarté avec lesquelles la science étudie et décrit le monde physique. L’usage du terme « science » appliqué à cette démarche a été contesté par les tenants de la méthode scientifique.

Les principes de l’anthroposophie ont été appliqués dans divers domaines, comme dans les écoles Steiner, l’agriculture biodynamique, la médecine anthroposophique. »
(Source : wikipédia.fr)

Temps de crise oblige, les banques solidaires ont le vent en poupe. La NEF leader sur le marché des produits dits « éthiques » et non « toxiques » (entendez-là non côtés en bourse) s’attaque au marché européen. Elle dit sur son site web http://www.lanef.com/ :

« La Nef est aujourd’hui engagée dans la construction d’une banque éthique européenne, avec ses partenaires italiens de Banca Etica, et espagnols de Fiare. Ce projet a pour vocation d’offrir en France, en Italie et en Espagne, une alternative bancaire complète, reposant sur les principes d’éthique et de transparence qui régissent déjà l’activité de la Nef. »

Ce qu’on sait moins, c’est qu’à l’origine de ce projet il y a un mouvement de spiritualistes qui remonte à Rudolf Steiner, qui lui-même était le représentant en Allemagne de la Société Théosophique, un puissant mouvement spiritualiste du 19ème siècle, influant dans toute la société occidentale, dont ont émergés des personnalités qui ont marqué le 20ème siècle, comme Jiddu Krishnamurti.

« Les débuts de la Société anthroposophique (Source : wikipédia.fr)

À l’Assemblée générale de 1909 à Adyar, les responsables de la Société théosophique, Annie Besant et C.W. Leadbeater, déclarèrent que Alcyone, le futur Jiddu Krishnamurti, alors âgé de 13 ans, était le Christ réincarné. Quand les Théosophes constituèrent l’Ordre de l’Étoile d’Orient (Order of the Star of the East), une organisation dont le futur Krishnamurti devait prendre la tête à sa majorité, la rupture de la société anthroposophique avec la Société théosophique devint inévitable. De fait, cette affirmation allait à l’encontre de l’enseignement de Steiner qui affirmait que l’incarnation du Christ dans un corps humain était un événement unique dans l’histoire de l’humanité. Steiner s’étendit longuement sur ce sujet dans ses enseignements. De plus, la propagande faite autour d’Alcyone risquait fort de perturber le développement de la Section allemande et de compliquer ses rapports avec les pouvoirs publics, car l’Empire allemand vivait sous le régime de non-séparation de l’Église et de l’État. Le 8 décembre 1912, le comité de la Section allemande déclara par conséquent que l’appartenance à l’ordre de l’Étoile d’Orient était incompatible avec la qualité de membre de la Section allemande et pria les membres de l’ordre de se conformer à cette décision sous peine d’exclusion. Par ailleurs, le comité demanda la démission d’Annie Besant. Il en résulta que l’Assemblée annuelle de la Société théosophique qui se tenait à Adyar, à la demande d’Annie Besant, fit dissoudre la Section allemande, dissolution qui ne devint effective que le 7 mars 1913. Steiner et les membres dissidents, en quelque sorte exclus, fondèrent la Société Anthroposophique Universelle le 3 février 1913, au sein de laquelle Steiner n’exercerait aucune fonction administrative. La plupart des 2400 membres de la Section allemande de la Société théosophique suivirent Steiner dans son entreprise. »

Dans l’article ci-dessous, de la revue anthroposophique de 1988, Jean-Pierre Bideau le président du groupe financier de l’époque présente ce nouveau projet, issue d’une association Loi 1901 créée en 1979, dont déjà une trentaine d’organisations anthroposophiques sont membres. Il évoque l' »impulsion déja agissante dans plusieurs pays d’Europe et aux États-Unis grâce à diverses créations bancaires anthroposophiques avec lesquelles la NEF entretient des relations fraternelles. »

Pour un pays laïcard comme la France, la lutte anti-sectes a été plusieurs fois condamnée verbalement par la communauté européenne et internationale, pour manquement aux droits de l’homme, notamment en matière de liberté de culte et d’opinion. Et ce autant sous des gouvernements de droite comme de gauche.

L’anthroposophie est un mouvement de pensée, pas une secte, et la NEF compte sans doute aujourd’hui, de part son statut coopératif et transparent, parmi ses dirigeants des individus qui n’ont plus rien à voir avec l’anthroposophie, voire même avec la spiritualité.

Bien qu’on puisse s’interroger sur un lien de parenté (1), entre Henriette Bideau, directrice de la publication citée en référence, et Jean-Pierre Bideau, à l’origine de la NEF ?

Toutes les avancées sociales en matière de spiritualités sont discrètes. Le philosophe Louis-Claude de Saint-Martin l’exprimait bien en ces termes : « Si le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit« .

Le fait de savoir qu’un grand nombre des organisations de l’économie sociale, telle qu’elle existe aujourd’hui, et dont le territoire national peut-être fier, ont été créées par des spiritualistes, des franc-maçons, des idéalistes et des utopistes du 19ème et du 20ème siècle, peut donner du baume au cœur à tout citoyen épris de spiritualité et de liberté.

Espérons seulement que nos politiques saurons se saisir des thèmes comme l’économie sociale et la spiritualité dans la société, auxquels de plus en plus de citoyens français et européens s’intéressent ou aspirent.

L’article complet sur la NEF dans la revue anthroposophique de 1988 est consultable ici :

http://docs.google.com/viewer?a=v&pid=sites&srcid=ZGVmYXVsdGRvbWFpbnxjbHViZGVsZXVyb3BlfGd4OjI0MzY0MzEyNmQyOTVlN2Y

Source : trimestriel fondée et dirigé par Simone Rilhouët-Coroze de 1953 à 1971.  Henriette Bideau de 1971 à 1985, printemps 1988, p86

(1) et donc qui permettrait de supposer un lien de filiation entre l’Antroposophie et la NEF ? Si vous avez connaissance d’éléments qui confirmeraient cette hypothèse, merci de nous en informer dans les commentaires de cet article.
Cet article, publié dans Economie sociale, Europe, France, Militance, Spiritualité & Traditions, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s