[France – Associations Loi 1901] Bénévolat : l’engagement a changé – Le Républicain Lorrain

2011 est l’année européenne du bénévolat. À ce titre, la Région Lorraine a invité, hier, ses partenaires locaux et frontaliers de la Grande Région à promouvoir les actions de bénévolat et de volontariat en Europe. Une centaine d’acteurs de l’éducation populaire ont planché sur la question au travers d’ateliers ou de conférences. Et l’on a pu y constater que le bénévole n’est pas cette espèce en voie de disparition, souvent décrite.

« Au contraire, la tendance à s’engager augmente », a insisté, chiffres à l’appui, Maïka Billard, vice-présidente du Cnajep (Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire). « L’Europe compte entre 92 et 94 millions de bénévoles, soit 22 à 23 % de sa population. Ils jouent un rôle important dans la société civile. » Dans certains pays, comme l’Allemagne, le Danemark, le Royaume-Uni ou la Finlande, cet engagement est ancré dans les mœurs et entre 30 et 40 % de la population s’investit. En France, on tourne plutôt autour de 20 %. Voilà pour les chiffres.

Mais ce qui a surtout changé, c’est la manière de s’engager : « L’image ringarde du bénévole qui distribue des paniers repas est révolue », estime Maïka Billard. « Il y a un désengagement par rapport à certaines formes traditionnelles, notamment en politique ou dans le syndicalisme » ne peut que constater Julien Vaillant, conseiller régional de Lorraine délégué à la jeunesse. Le mouvement des Indignés en est l’exemple parfait. « Aujourd’hui, le bénévole souhaite être reconnu par la société . Il s’engage plus par convenances personnelles et est aussi très attaché à la notion d’efficacité », poursuit le jeune élu. Si le sport reste le secteur le plus prisé, le social ou l’environnement prennent de l’importance.

Reste que le bénévolat doit faire face à plusieurs problématiques. La première concerne la professionnalisation du secteur : « On confie aux bénévoles des tâches qui requièrent de plus en plus de compétences », détaille Maïka Billard. Autre souci, celui du financement : « Les fonds publics restent la principale source. Mais face à la raréfaction de ceux-ci, les structures doivent de plus en plus faire appel au mécénat. » Troisième difficulté, le manque de reconnaissance. Il ne date pas d’hier.

Région | Bénévolat : l’engagement a changé – Le Républicain Lorrain.

Cet article, publié dans Activisme & Dissidence, Associations Loi 1901, Ecologie politique, Economie sociale, Engagement & citoyenneté, France, Jeunesse, Militance, Monde du travail, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s