[Ecologie – Mondialisation] G20 : dix organisations internationales recommandent l’abandon des politiques de soutien aux soi-disants «biocarburants» – Sauvons la Forêt

Dix organisations internationales recommandent aux gouvernements des pays du G20 de mettre fin à leurs politiques de soutien aux soi-disants «biocarburants». Les États devraient « abandonner les objectifs fixés en la matière et à supprimer les subventions et les droits de douane relatifs à leur production et à leur transformation. » * , selon les auteurs de l’étude «Volatilité des prix et sécurité alimentaire» publiée en juillet 2011 par 10 organisations internationales dont la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) et la Banque mondiale.

Pour Klaus Schenck, expert en foresterie et en énergie de l’association Sauvons la forêt (Rettet den Regenwald e.V.) « ce rapport confirme les avertissements des organisations environnementales du monde entier. Les chefs d’État réunis à Cannes devraient mettre fin une fois pour toute au conflit entre la pompe à essence et l’assiette. Le boom des « biocarburants » provoqué par les pays industrialisés doit cesser ».

En 2009, l’Union Européenne a décidé que d’ici 2020 au moins 10% des carburants devront provenir «d’énergies renouvelables». Alors que selon des études scientifiques commandées celle-ci il est établit que les agrocarburants, lorsqu’est pris en compte la globalité du cycle de production et de consommation, émettent beaucoup plus de gaz à effet de serre que les combustibles fossiles. Pourtant, la production d’agrocarburants est subventionnée dans l’UE à hauteur de 3 milliards d’euros par an.

M. Olivier De Schutter, Rapporteur Spécial des Nations Unies pour le Droit à l’Alimentation, met d’ailleurs en garde les membres du G20 devant l’urgence de la situation:  « Les dirigeants doivent encore prouver qu’ils ont entendu les recommandations communes des organisations internationales faites il y a cinq mois, quand elles ont appelé les gouvernements du G20 à mettre un terme au subventionnement des agrocarburants. Il ne suffit pas de mentionner le problème en passant – le G20 doit faire passer le droit à l’alimentation avant les intérêts acquis de certaines de ses industries ».

Le problème majeur causé par les agrocarburants réside dans l’immense surface de terres que leur culture nécessite, et ce au détriment de la production agricole alimentaire, exacerbant la famine mondiale, et des forêts tropicales, dont la destruction provoque réchauffement climatique et extinction à très grande échelle d’espèces animales et végétales.

Hambourg, le 3 novembre 2011

Étude disponible en anglais:Price Volatility in Food and Agricultural Markets: Policy Responses

Étude disponible en français: Volatilité des prix et sécurité alimentaire
* p.14 du rapport en français

Article de M. Olivier De Schutter: Dernière chance pour le G20 de prévenir les impacts des agrocarburants et de la spéculation sur les droits de l’homme

G20: dix organisations internationales recommandent l’abandon des politiques de soutien aux soi-disants «biocarburants» – Sauvons la Forêt (Rettet den Regenwald e.V.).

Publicités
Cet article a été publié dans Activisme & Dissidence, Agriculture Biodiversité, Ecologie, Ethique, Europe, France, France Sarkozyste, Justice & Droits de l'Homme, Lobbies et industries mafieuses, Militance, Mondialisation, Pollution. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s