[Ecologie – Militance] Reptiles dépecés vivants pour l’industrie du luxe

 

Le varan malais est le premier a avoir besoin de sa peau  
Le varan malais est le premier a avoir besoin de sa peau

Une pièce sombre à l’atmosphère suffocante. Posés à même le sol, serrés les uns aux autres, remplis à ras bord, des sacs bleus qui ne cessent de remuer comme électrifiés. A l’intérieur des sacs, des varans malais, ficelés. A la fin d’un long voyage sur les routes cahoteuses reliant la campagne à la ville nombre d’entre eux sont déjà morts, d’autres ont des os cassés ou des plaies ouvertes. « C’est un spectacle macabre » raconte Mark Auliya, un docteur en Biologie ayant visité les abattoirs de Malaisie et d’Indonésie dans le cadre de ses recherches.

Les sacs restent dans la chaleur étouffante jusqu’à ce que l’entrepôt soit rempli. Là commence le massacre perpétué par les abatteurs. Différentes vidéos montrent le supplice des varans, d’abord assommés d’un coup sur la tête puis dont on arrache la peau alors qu’il sont encore vivant. Dans cet abattoir, le sort des pythons, cruellement mis à mort, est tout aussi insoutenable.

Pendant la seule année 2010, l’Indonésie a exporté 157.500 peaux de pythons et 413.100 peaux de varans. De grandes marques du luxe en Europe telles Gucci, Hermès, Cartier et Bally utilisent ces peaux pour la confection de sacs à main, chaussures, bracelets de montre et ceintures. Bien qu’il existe depuis longtemps des imitations confondantes de peaux de reptiles, ces entreprises continuent d’importer des peaux de reptiles subissants d’intolérables sévices. Si l’Italie reçoit la moitié des importations européennes, la France et la Suisse sont aussi de gros acheteurs de peaux de reptiles.

Chaque client devrait être informé de la cruauté inhérente à la maroquinerie de luxe. Si tout le monde voyait cette souffrance indescriptible des animaux, plus aucuns sacs, chaussures ou ceintures en peaux de reptiles ne seraient vendues.

suite…

Les entreprises milliardaires du monde de la mode ne mettront fin à ce commerce sanglant que sous la pression du grand public. Veuillez protester à nos côtés pour que pythons et varans puissent continuer à vivre dans la forêt tropicale indonésienne !

Reptiles dépecés vivants pour l’industrie du luxe – Sauvons la Forêt (Rettet den Regenwald e.V.).

Cet article a été publié dans Activisme & Dissidence, Agriculture Biodiversité, Capitalisme Multinationales Banksters, Consommation responsable, Ecologie, Ecologie politique, Engagement & citoyenneté, Ethique, Europe, France, Militance, Politique, Protection animale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour [Ecologie – Militance] Reptiles dépecés vivants pour l’industrie du luxe

  1. Guy dit :

    Je m’intéresse aux reptiles et l’utilisation de leur peau me torture le coeur, et je crains que cela ne soit pas prêt de s’arrêter. Car justement, j’ai travaillé récemment à des travaux de rénovation et de décoration de salon dans un lieu servant de show room d’article de mode. Ces salons accueille des marques de luxe, mais sont complètement privés et fonctionnent que par invitation, et ils sont surtout fréquentés par de jeunes bourgeoises fortunées. Bien que je travaille dans une partie actuellement fermée, j’ai pu voir qu’un salon était presque complètement destiné à la présentation d’article en peau de reptile. J’ai pu voir avec effroi qu’il y avait là des vêtement (vestes, blouson, jupe, pantalon,…) et beaucoup de bottes et chaussures en python, lézard et crocodile. Il y avait aussi à ce moment 2 jeunes femmes très belles, au demeurant, assistées par une « vendeuse », et qui essayaient, l’une, un pantalon en cuir d’alligator et l’autre une veste et de grandes bottes en python. Ce spectacle est presque hallucinant, étant à la fois une horreur et magnifique car la peau de ces reptiles est superbe sur des filles sublimes aussi. Bien entendu, je voulais leur parler, et j’ai attendu leur sortie de ces lieux pour les approcher. Je leur ai expliqué que la peau de reptile est obtenue de manière extrêmement cruelle pour ces animaux. Elles m’ont répondues que ça ne les dérangeai pas du tout. Je lui ai dit que le python qui est maintenant en bottes à ses pieds a été dépecé vivant et qu’il est mort de manière atroce. Elle m’a répondue que le sort de ce pauvre serpent ne lui déplaisait pas et même qu’elle trouve ça piquant de le mettre en bottes. Et elles m’ont dit qu’elles n’ont pas du tout l’intention de renoncer à la vraie peau de reptile.
    Je crois que c’est presque une cause perdue.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s