[Observatoire des dictatures] En Chine, un village en lutte contre des expropriations coupé du monde

 

 

Un millier de policiers encerclait mercredi, depuis près d’une semaine, un village du sud de la Chine, symbole de la lutte des paysans chinois de plus en plus révoltés face aux saisies de terres par des cadres communistes et des promoteurs corrompus.

Un nombre croissant de policiers maintenait depuis jeudi dernier le blocus de village de Wukan, où les habitants manifestaient pour la troisième journée consécutive et se disaient décidés à poursuivre leur mouvement de protestation.

Les villageois de Wukan, dans la province du Guangdong, accusent la police d’avoir battu à mort l’un des leurs, Xue Jinbo, arrêté après avoir pris la tête de manifestations ayant dégénéré en violences en septembre contre des expropriations. Les autorités ont affirmé que l’homme était décédé dimanche dernier de cause naturelle lors de sa détention.

Les habitants de ce village de bord de mer de 13 000 habitants accusent les autorités locales de saisir leurs terres sans offrir de compensations, tandis que celles-ci affirment suivre la procédure légale.

Les expropriations sont devenues un problème aigu en Chine où de plus en plus de paysans accusent les cadres locaux corrompus de s’enrichir sur leur dos en revendant leurs terres à des promoteurs pour des projets de construction.  »Il y a des véhicules de police et de pompiers tout autour du village, déclare un habitant joint par téléphone. Nous avons encore un peu d’eau et de nourriture, mais plus pour longtemps ».

« Nous voulons que le gouvernement central (à Pékin) s’occupe de notre problème. Nous n’abandonnerons pas la lutte, nous voulons que les cadres corrompus soient arrêtés », a-t-il ajouté.

Les autorités de Lufeng, dont la juridiction englobe Wukan, ont indiqué que la police, la police anti-émeute et les pompiers avaient été déployés autour du village avec des canons à eau afin d »‘assurer la stabilité ».

Elles ont assuré vendredi dernier avoir réglé certains des litiges à l’origine des troubles de septembre et avoir révoqué deux responsables locaux.

Un photographe de l’AFP a été appréhendé mercredi à un poste de contrôle à quelques kilomètres de l’entrée de Wukan par des policiers anti-émeute équipés de grenades lacrymogènes. Il lui a été ordonné de faire demi-tour et il a été ramené en autocar dans la métropole de Shenzhen, à 250 km de là, sous bonne escorte.  »Toutes les entrées (du village) sont bloquées et seulement quelques femmes et enfants ont le droit de passer après avoir été questionnés. La présence des journalistes est absolument interdite », a déclaré un autre habitant.

« Nous allons continuer de nous battre pour (une réparation après) la mort de Xue et pour nos terres », a-t-il ajouté, expliquant que les villages voisins « essayaient d’aider avec des dons » de nourriture.

Le gendre de Xue Jinbo indique que les villageois voulaient rendre un hommage funèbre à celui-ci vendredi et organiser ses obsèques samedi. Mais les autorités locales ont refusé de rendre le corps tant que les villageois protesteraient contre les expropriations.

Rare média à évoquer ces troubles, l’agence officielle Chine nouvelle a précisé mercredi que le meneur des manifestations, âgé de 42 ans, était mort d’une « défaillance cardiaque » et qu’ »aucune trace apparente de violence » n’avait été constatée sur son corps. La famille a pourtant fait état de nombreuses marques de coups.

L’agence a expliqué que Xue et les autres villageois protestataires avaient fait irruption dans les locaux de la police en septembre et détruit six véhicules des forces de l’ordre – ce que Xue aurait admis.

La presse chinoise a été extrêmement discrète sur les événements de Wukan, tandis que les recherches sur l’internet avec le nom de ce village étaient bloquées par les censeurs.

En Chine, un village en lutte contre des expropriations coupé du monde | Web Asies.

Cet article, publié dans Activisme & Dissidence, Asie, Centralisme démocratique, Chine, Corruption, criminalisation du militantisme, Info Censurée, Justice & Droits de l'Homme, Militance, Nouvel Ordre Mondial, Observatoire des Dictatures, Politique, Tutoriels militants, Violences policières et carcérales, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s