[Europe – Veille antifasciste] Le mouvement bio récupéré par les néonazis

Le Reiterhof de Blumberg, dans le Brandenbourg. DR

Le Reiterhof de Blumberg, dans le Brandenbourg. DR

 

Parce qu’ils estiment que la défense de l’environnement relève de la défense de la patrie, les néonazis allemands s’investissent de plus en plus dans l’écologie. Dans certaines régions, ils vont jusqu’à phagocyter l’agriculture biologique.

Le vert pomme du site internet saute gaiement au visage du visiteur. Des dessins comme tracés à l’encre de Chine mettent en scène des chevaux dans des prairies. Au haras de Blumberg (la colline fleurie) dans le Brandebourg, les familles peuvent être sûres que leur cotisation sera bien utilisée : pendant leur semaine de vacances, les enfants monteront tous les jours « car nous ne sommes pas cavaliers que par beau temps ». Toujours sur le site internet, plusieurs parents, ravis, témoignent : le séjour aurait endurci leurs enfants tout en leur inculquant l’amour des paysages allemands, le respect de la nature et de la mère patrie.

« Les enfants sont en culotte de chanvre toute l’année »

Car ce haras, à une heure de route au nord de Berlin, est géré par une association proche du parti néonazi NPD. La directrice du lieu fréquente des manifestations nationalistes. Mais ça, le site ne le précise pas.

Il faut aller sur place pour découvrir le drapeau noir, rouge et blanc qui flotte sur la cour : l’épée et la charrue stylisées sont celles de la Fédération des paysans libres, qui milite contre l’Union européenne, contre la circulation des travailleurs saisonniers polonais, contre l’industrie agroalimentaire « qui empoisonne la terre allemande »…

« Nous ne voulons pas laisser l’écologie à la gauche », déclare Jens Lütke, la tête de liste du NPD aux élections du Schleswig-Holstein. D’ici le scrutin le 6 mai, il arpente la région avec son tee-shirt flanqué du slogan « Protection de l’environnement = protection de la patrie ». Un programme clair qui l’amène à participer à des opérations de nettoyage des forêts ou des cortèges antinucléaires. Avec ses camarades du Land voisin du Mecklenburg-Vorpommern, il est à l’avant-garde de ce nouveau mouvement.

Le long de la Baltique, on recense une soixantaine d’exploitations agricoles biologiques tenues par des membres du parti. Sans compter les communautés d’Artamans qui vendent localement leur récolte : ces fermes collectives fonctionnent selon le principe du sang et de la terre (Blut und Boden), une idéologie fondée en 1923 à Munich et dont Heinrich Himmler fut membre. Une institutrice de la région s’inquiète : « Les enfants sont en culotte de chanvre toute l’année et ils n’ont pas de casse-croûte à midi, car le froid comme la faim renforceraient la race allemande » De toute façon, par respect pour la terre, on ne consomme que selon les saisons et tant pis si la récolte a été maigre. L’office de protection de la jeunesse ainsi que les services de protection de la Constitution se sont saisis de la question. Jusqu’à présent sans intervenir concrètement.

Un journaliste engagé, souvent menacé par les têtes rasées, dénonce un double danger : « Ces fermes profitent des fonds publics ou européens dédiés à l’agriculture bio. C’est le parti qu’on finance ! Ou bien les exploitants ne sont pas d’extrême-droite mais ils embauchent sans le savoir des travailleurs qui sont des militants néonazis en quête d’une nouvelle vie plus propre. » Ce serait notamment le cas de l’ancien skinhead Tino Brandt, arrêté dans l’affaire de la cellule de Zwickau qui a tué 9 étrangers entre 2000 et 2006.

Les milieux antifascistes sont impuissants contre cette nouvelle menace, qui infiltre le quotidien des Allemands. Pour l’instant, à part quelques boycotts et des campagnes d’information, rien ne semble pouvoir ternir l’emprise brune sur le label vert.

Economie | Le mouvement bio récupéré par les néonazis.

Publicités
Cet article a été publié dans Agriculture Biodiversité, Alimentation Santé, Ecologie, Ecologie politique, Europe, Militance, Politique, Tutoriels militants, Veille antifasciste. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour [Europe – Veille antifasciste] Le mouvement bio récupéré par les néonazis

  1. Ping : [Europe - Veille antifasciste] Le mouvement bio récupéré par les néonazis | Chronique des Droits de l'Homme | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s