[Mondialisation – Nucléaire] Les enfants de Fukushima sont en train de mourir

Les enfants de Fukushima sont en train de mourir

Plus de 48 % des 375.000 jeunes – presque 200.000 enfants – testés par l’Université de Médecine de Fukushima vivant à proximité des réacteurs souffrent aujourd’hui d’anomalies pré-cancéreuses de la thyroïde, principalement de nodules et de kystes.

Quelque 39 mois après les multiples explosions à Fukushima, le taux de cancers de la thyroïde chez les enfants des environs sont montés en flèche, dépassant de 40 fois la normale.

Plus de 48 % des 375.000 jeunes – presque 200.000 enfants – testés par l’Université de Médecine de Fukushima, vivant à proximité des réacteurs souffrent aujourd’hui d’anomalies pré-cancéreuses de la thyroïde, principalement de nodules et de kystes. Le taux est en voie d’accélération.

Plus de 120 cancers infantiles ont été relevés quand on ne s’attend qu’à trois seulement, déclare Joseph Mangano, directeur exécutif du Projet Radiation et Santé Publique.

L’industrie nucléaire et ses chantres continuent de nier cette tragédie sanitaire. Certains ont en fait affirmé que « pas une seule personne » n’a été affectée par la libération massive des radiations de Fukushima, qui, pour certains isotopes, a dépassé de presque 30 fois celle d’Hiroshima.

Mais l’épidémie mortelle de Fukushima concorde avec les impacts subis par les enfants après l’accident de Three Mile Island en 1979 et l’explosion de Tchernobyl en 1986, de même qu’avec les conclusions rapportées pour d’autres réacteurs commerciaux.

La probabilité que l’énergie atomique puisse causer de telles épidémies a été confirmée par la Commission Canadienne de Sécurité Nucléaire, qui dit qu’une « augmentation du risque de cancers infantiles de la thyroïde » accompagnerait une catastrophe nucléaire.

Dans l’évaluation des perspectives de la construction d’un nouveau réacteur au Canada, la Commission dit que le taux « augmenterait de 0,3 % à une distance de 12 kilomètres de l’accident. Mais cela suppose la distribution de comprimés d’iodure de potassium et une évacuation d’urgence, ce qui ne s’est produit ni à Three Mile Island, ni à Tchernobyl, ni à Fukushima.

Les chiffres ont été analysés par Mangano. Il a étudié les impacts des radiations créées par des réacteurs sur la santé humaine depuis les années 80, démarrant son travail avec un radiologue légendaire, le Dr Ernest Sternglass et le statisticien Jay Gould.

Mangano confirme que la santé globale au sein de populations sous le vent (des réacteurs) s’améliore quand on ferme les réacteurs et décline quand ils sont ouverts ou ré-ouverts.

Les enfants à proximité ne sont pas les seules victimes de Fukushima. L’un des responsables de la centrale, Masao Yoshida est mort à 58 ans d’un cancer de l’œsophage. Masao a héroïquement refusé d’abandonner Fukushima au pire moment de la crise, sauvant probablement des millions de vies. Les ouvriers du site employés par des entrepreneurs indépendants – dont de nombreux sont dominés par des syndicats du crime – sont souvent laissés sans aucune surveillance pour l’exposition aux radiations. La colère du public augmente avec les plans du gouvernement pour obliger les familles – dont certaines avec de nombreux enfants – à retourner dans la région lourdement contaminée autour de la centrale.

Suite à l’accident de 1979, les propriétaires de Three Mile Island ont nié que le réacteur avait fondu. Mais une caméra robot l’a confirmé ensuite.

L’état de Pennsylvanie a mystérieusement fait disparaître la liste d’enregistrement des cancers, puis a dit qu’il n’y avait « aucune preuve » d’un quelconque décès.

Mais un large éventail d’études indépendantes confirme les taux en élévation de mort d’enfants et d’un excès de cancers parmi la population générale. Morts en excès, mutation et taux de maladies parmi les animaux du secteur ont été confirmés par le Département d’Agriculture de Pennsylvanie et les journalistes locaux.

Dans les années 80, un juge fédéral, Sylvia Rambo, a bloqué un recours collectif de quelques 2400 habitants de Pennsylvanie sous le vent, déclarant qu’il n’y avait pas eu suffisamment de radiations libérées pour affecter quiconque. Mais 35 ans après, personne ne sait la quantité de radiations qui s’est échappée ou sa direction. Les propriétaires de Three Mile Island ont tranquillement payé des millions de dollars aux victimes sous le vent en échange de leur silence.

À Tchernobyl, le rassemblement de 5000 études a montré un nombre supérieur à 1 million de décès.

Les effets des radiations sur les jeunes sous le vent en Biélorussie et en Ukraine ont été horribles. Selon Mangano, 80 % des « enfants de Tchernobyl » nés sous le vent depuis l’accident ont été affectés par un large éventail d’impacts allant de malformations et de cancers de la thyroïde à des maladies à long terme du cœur, du système respiratoire et mentales. Les résultats signifient que seul un jeune sous le vent sur cinq peut être reconnu en bonne santé.

Les Médecins pour la Responsabilité Sociale et la branche allemande des Médecins Internationaux pour la Prévention des Guerres Nucléaires ont averti de problèmes parallèles près de Fukushima.

Le Comité Scientifique des Nations-Unies sur les effets des radiations atomiques (UNSCEAR) a récemment publié des rapports qui minimisent les impacts des catastrophes sur les humains. L’UNSCEAR est intimement lié à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique, dont le mandat est de promouvoir l’énergie nucléaire. L’AIEA (Agence Internationale de l’Énergie Atomique) a depuis toujours l’ordre de contrôler en les bâillonnant les conclusions des Nations-Unies sur les impacts sanitaires des réacteurs. Pendant des dizaines d’années l’UNSCEAR et l’OMS ont entretenu une couverture protectrice sur la propagation des impacts sanitaires de l’industrie nucléaire. Fukushima a prouvé qu’elle n’était pas une exception.

En réponse, les Médecins pour la Responsabilité Sociale et les médecins allemands pour la prévention des guerres nucléaires ont émis une réfutation en dix points, avertissant le public sur la crédibilité compromise des Nations-Unies. La catastrophe est « en cours » disent les groupes, et doit être surveillée pendant des décennies. « Les choses auraient pu être bien pires » si les vents avaient soufflé vers Tokyo plutôt que vers le large (et vers l’Amérique).

Il existe toujours un risque pour l’irradiation de produits, et parmi les ouvriers du site dont les doses et les impacts sur la santé ne sont pas sous surveillance. Estimer la dose actuelle parmi les ouvriers et ceux sous le vent est sujet à caution et une attention spéciale doit être montrée pour les sévères impacts sur les embryons.

Les études de l’UNSCEAR sur les rayonnements ambiants sont également « trompeurs » et il doit y avoir de nouvelles études sur les effets génétiques des radiations ainsi que sur les « maladies non-cancéreuses ». L’assertion des Nations-Unies disant « qu’aucun effet sanitaire discernable relié aux radiations n’est attendu parmi les membres exposés » est « cynique », disent les groupes. Ils ajoutent que les choses se sont empirées par le refus officiel de distribuer de l’iodure de potassium, qui aurait pu protéger le public des impacts thyroïdiens dus aux libérations massives d’iode-131 radioactif.

Par dessus tout, les terribles nouvelles de Fukushima ne peuvent que s’aggraver. Les radiations des trois cœurs fondus sont toujours charriées dans le Pacifique. La gestion des barres de combustible des piscines suspendues dans l’air et éparpillées autour du site reste périlleuse.

Le régime pro-nucléaire de Shinzo Abe veut rouvrir les 48 réacteurs restant. Il a fortement incité les familles qui ont fui la catastrophe à réoccuper les maisons et les villages irradiés.

Mais Three Mile Island, Tchernobyl et le fléau de mort et de maladie qui fait aujourd’hui surface près de Fukushima dit trop clairement que le coût humain de telles décisions continue de s’aggraver – avec nos enfants les premiers et les pires touchés.

Source : Eco Watch (Harvey Wassermann)

Traduction : BBB (Hélios)

Publié dans ANDRA, AREVA, Capitalisme Multinationales Banksters, Consommation responsable, Ecologie, Energies & technologies, Info Censurée, Lobbies et industries mafieuses, Militance, Multinationales, Nouvel Ordre Mondial, Nucléaire, Politique, Pollution, Sciences sans conscience, Tutoriels militants | Tagué , | Laisser un commentaire

[Mondialisation – Europe] Wikileaks publie le projet de l’accord secret TISA !

WikiLeaks page Capture

Deux articles sur WikiLeaks :

– Secret Trade in Services Agreement (TISA) – Financial Services Annex   —>  https://wikileaks.org/tisa-financial/

– Analysis Article – Secret Trade in Services Agreement (TISA) – Financial Services Annex  —>  https://wikileaks.org/tisa-financial/analysis.html

Un traité peut en cacher un autre : après le TTIP, CETA : TISA

Un projet encore plus secret et méconnu que le TTIP (ex-TAFTA) : l’accord TISA. L’Accord sur le Commerce des Services (TiSA) actuellement négocié entre une cinquantaine de pays dont les Etats-Unis, les pays de l’UE et la Suisse, imposerait la dérégulation de tous les services (notamment financiers!) et la privatisation des services publics. Wikileaks vient aujourd’hui de publier le projet de cet accord.

2013-12-03-OMC-TISA-A5.indd

Qu’est-ce que TiSA ?

TiSA, en anglais, signifie Trade in Services Agreement ou en français Accord sur le Commerce des Services (ACS). Cet accord vise la libéralisation totale du « marché des services ». Lancé sur initiative des Etats-Unis et de l’Australie en 2012, TiSA se trouve actuellement en phase de négociation. Une cinquantaine de pays (y compris ceux de l’Union Européenne) en font partie[1], dont la Suisse. Le sixième round a eu lieu en février 2014 à Genève. Négocié en dehors du cadre de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), cet accord, une fois conclu, devrait toutefois s’élargir à l’ensemble des pays.

Contourner le blocage de l’OMC

Suite au blocage des négociations du cycle de Doha de l’OMC, les accords bilatéraux entre pays se sont multipliés dans le but de faire avancer la libéralisation des échanges. Récemment, des négociations ont été engagées en vue de trois grands accords plurilatéraux et cela dans le plus grand secret, à savoir

TiSA (ou ACS) : Accord sur le Commerce des Services auquel participe la Suisse ;

APT (ou TAFTA) : Accord de Partenariat Transatlantique, entre les Etats-Unis et l’Union Européenne ;

TPP : Accord de Partenariat Trans-Pacifique auquel participent: Etats-Unis, Canada, Mexique, Japon, Australie, Malaisie, Chili, Singapour, Pérou, Vietnam, Nouvelle-Zélande, Brunei.

Si les contenus des négociations de l’APT et du TPP sont du moins partiellement connus grâce à des fuites, on ne sait pratiquement rien de concret sur TiSA, ni le parlement suisse ni le public ne sont informés. Les grandes entreprises, en revanche, sont étroitement associées aux négociations dans le cas des trois accords, accèdent aux informations, voire imposent leur agenda.

Que signifie libéralisation des échanges de services ?

Le but de TiSA est d’ouvrir à la concurrence internationale tous les services et de renoncer à toute protection des fournisseurs de services locaux ou nationaux. Si dans un domaine, des services privés existent à côté des services publics (par exemple hôpitaux, écoles), les deux auraient droit aux mêmes subventions, au nom de la « concurrence libre et non faussée ». Ainsi, par exemple, une université américaine pourrait s’établir en Suisse demandant un financement à la hauteur des universités publiques, aux frais du contribuable.

Cet accord ouvre grand la porte à la privatisation du secteur public pour le seul profit des grandes entreprises. Les domaines de la santé et de l’éducation, par exemple, sont en effet d’immenses marchés potentiels.

La démocratie menacée

Ce qui est en jeu ici c’est le droit démocratique de déterminer quels services les collectivités publiques veulent mettre à disposition des citoyens, quelles règles adopter pour promouvoir la culture, protéger l’environnement, garantir l’accès à la formation et à la santé pour tous. Tout deviendrait une simple marchandise au plus grand profit des multinationales. En plus, de tels accords commerciaux comportent l’instauration de tribunaux d’arbitrage échappant aux droits des Etats contractants. Les entreprises peuvent ainsi porter plainte contre les Etats si elles se sentent lésées et demander des dédommagements qui peuvent atteindre des sommes faramineuses.

Il est prévu que l’accord TiSA soit signé en 2014 déjà. Le parlement suisse sera ensuite appelé à le ratifier sans pouvoir en modifier ne serait-ce qu’une virgule. Il est à craindre que le parlement refuse de soumettre l’accord au référendum facultatif.

[1] Participent à ce jour aux négociations : Australie, Canada, Chili, Colombie, Corée, Costa Rica, Etats-Unis, Hong Kong, Islande, Israël, Japon, Liechtenstein, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Panama, Paraguay, Pérou, Suisse, Taïwan, Turquie et UE.

****

OMC, TiSA, APT… un traité peut en cacher un autre !

Le 3 décembre 2013 la l’Organisation mondiale du commerce (OMC) se réunit à Bali. Les prétentions exorbitantes des multinationales, ont bloqué les négociations depuis une douzaine d’années, d’où le recours à ces négociations parallèles et secrètes pour imposer un fait accompli :

— L’Accord sur le Commerce des Services (TiSA) actuellement négocié à Genève entre 27 pays dont les Etats-Unis, l’EU et la Suisse, imposerait la dérégulation de tous les services (notamment financiers!) et la privatisation des services publics. En effet, les Etats devraient subventionner autant les écoles et les hôpitaux privés que ceux du public, au nom d’une soi-disant «neutralité concurrentielle» ! Nos impôts financeraient leurs bénéfices !

— L’Accord de Partenariat Transatlantique (APT) entre l’Amérique du Nord et l’EU (et qui s’imposerait à la Suisse via les bilatérales) attaquerait la souveraineté des Etats et des citoyens dans tous les domaines, notamment l’agriculture et l’alimentation. Ceux-ci ne pourraient plus interdire les OGM (ni même les étiqueter!) ou les additifs alimentaires toxiques, ni garantir la protection des données sur Internet, ni réglementer la fi nance. Même une municipalité n’aurait plus le droit de choisir le type d’aliments pour ses cantines scolaires, car les Etats devraient veiller à la « mise en conformité de leurs lois, de leurs règlements et de leurs procédures » avec le traité.

Sous couvert de stimuler une économie en crise, il s’agit en réalité d’éliminer toute règle pouvant …et de livrer au capital financier des biens communs fruits de tant de luttes et sacrifices. Il s’agit des immenses «marchés» mondiaux des services publics, tels que la santé ($6460 milliards) ou l’éducation ($2500 milliards).

Une fois adoptés, ces traités seraient imperméables aux alternances politiques et aux mobilisations populaires, car ils ne pourraient être amendés qu’avec le consentement unanime des pays signataires. C’est la souveraineté populaire, le principe même d’un contrôle du politique (et des tribunaux) sur l’économie et la société qui et en jeu.

On comprend alors le secret qui entoure ces négociations. Alors que des centaines de multinationales y participent, rien ne doit fi ltrer aux journalistes et citoyens. Ils seront informés lorsqu’il sera trop tard.

Premiers signataires : Syndicat des services publics SSP-vpod · Syndicat Interprofessionnel SIT · ATTAC Genève, Vaud, France · Coordination Climat et Justice sociale · Forum social lémanique · Presencia Latinoamericana · Mouvement Vers la Révolution Citoyenne · Gauche Anticapitaliste · solidaritéS · CETIM · Uniterre...

Publié dans Activisme & Dissidence, Amérique du Nord, Banksters, Capitalisme Multinationales Banksters, Centralisme démocratique, criminalisation du militantisme, Engagement & citoyenneté, Ethique, Europe, Info Censurée, Instances & Démocratie, Lobbies et industries mafieuses, Militance, Mondialisation, Multinationales, Nouvel Ordre Mondial, Paradis fiscaux, Politique, Tutoriels militants | Tagué , , | Laisser un commentaire

[France – Banksters] EVA JOLY : 5 questions sur l’affaire dite « Kerviel »

Si j’ai décidé de m’exprimer sur le très médiatisé dossier Kerviel, c’est qu’il m’a semblé que garder le silence sur une telle affaire, au motif qu’on ne commente pas une décision de justice, serait une faute. Quel est l’enjeu? Empêcher que les charges portées contre Jérôme Kerviel ne viennent entraver la recherche approfondie de toute la vérité.

Ainsi, lorsque la puissance publique verse 1700 millions de recettes fiscales pour dédommager une banque, qui dit-elle aurait été victime d’une fraude, Il faut s’arrêter, regarder, et poser toutes les questions que suggère une telle affaire, révélatrice des travers de gestion de cette banque. Les lignes qui suivent visent donc à éclairer celles et ceux que l’intérêt général et le sens de la justice animent.

Disons les choses avec netteté: mon propos n’est pas de dédouaner Jérôme Kerviel de ses responsabilités. Encore faut il les cerner avec rigueur, et pour cela ne rien laisser dans l’ombre, en examinant avec minutie toutes les facettes d’un dossier où il est impossible de ne pas se poser un certain nombre de questions.

    1. Premièrement, on peut s’étonner de la façon dont plusieurs pans du droit français semblent avoir été ignorés. Tenir Kerviel pour coupable commande de considérer que la banque pour laquelle il officiait ignorait tout de ses prises de positions spéculatives. Si tel est le cas, le droit bancaire aura été violé, tout comme le droit des sociétés. Pour lever ce point, il y a lieu de demander à la Société Générale de donner à la Justice les documents de travail de ses Commissaires aux comptes où tout doit figurer, y compris les opérations prises par Jérôme Kerviel. Pourquoi cela n ‘a-t-il pas été fait?

 

 

    1. Deuxième question. Comment croire que personne n’ait rien vu au sein de la banque alors que les résultats exorbitants de Jérôme Kerviel, chaque année, devenaient ses objectifs pour l’année suivante? Alors qu’un trader moyen du périmètre de Jérôme Kerviel fait gagner à la Société Générale entre 3 et 5 millions d’euro par an, Kerviel réalise 5 millions la première année, 12 l’année suivante, puis 55 millions d’euros déclarés en 2007. Rappelons que Jérôme Kerviel n’était que trader junior, et que ses résultats exceptionnels alimentaient les bonus touchés par ses supérieurs. Les chiffres suffisent à s’interroger sur la connaissance que la banque avait de cette affaire.

 

 

    1. Troisième question qui découle naturellement des deux précédentes. Pour quelle raison les boites mails de la hiérarchie de Jérôme Kerviel n’ont jamais été saisies? Cette exploitation aurait pourtant permis à la Justice de savoir quel était le degré de connaissance de la banque sur cette affaire, et de répondre à une question simple: existe-t-il uniquement une affaire Kerviel ou s’agit-il d’une affaire Société Générale?

 

 

    1. Comment, et c’est une quatrième question qui doit interpeller nos intelligences, la banque peut-elle indiquer tout ignorer des actes de Kerviel alors même que la Société Générale, elle-même, corrigeait l’impact en P&L (c’est-à-dire en résultat) de ses opérations? La schizophrénie d’une institution qui masque d’un côté ce qu’elle prétend ignorer de l’autre doit déciller nos yeux sur l’entrelacs des responsabilités.

 

 

  1. Pourquoi enfin, des supérieurs hiérarchiques de Jérôme Kerviel ont été payés jusqu’à sept années de salaire de fixe dans le cadre de transactions passées avec la banque alors même qu’ils avaient été licenciés pour faute grave? Une telle indemnisation des fautifs laisse songeur. On n’a guère coutume de récompenser par de tels montants des responsables défaillants.



Voilà autant de points qui doivent intéresser toutes celles et ceux qui veulent que la vérité se manifeste dans son entièreté. Le dossier Kerviel a jusqu’ici été réduit au cas personnel du trader, sans que les indispensables réponses aient été apportées aux questions fondamentales que le citoyen est en droit de se poser.

Si l’affaire dite « Kerviel » nous concerne tous, c’est d’abord au nom d’une certaine idée de la Justice. En l’état, qu’il soit condamné ou blanchi, Jérôme Kerviel le sera sur la seule base des dires de la partie civile en ce qui concerne les pertes prétendues. Or, à ce jour, jamais la justice n’a daigné enquêter sur la réalité de la perte déclarée par la Société Générale. Comment se l’expliquer? Comment s’expliquer qu’il soit condamné sur la base « d’aveux » présentés par la Société Générale, aveux dont on sait grâce à Mediapart qu’ils ont été tronqués et que plus de 2 heures d’explications manquent?

Toujours est il que le justiciable Jérôme Kerviel a été privé, en dépit des nombreuses demandes de sa défense, de la possibilité d’obtenir une expertise établissant la réalité des pertes alléguées par la Société Générale, dont il faut quand même rappeler qu’elles ont, pour l’essentiel, été réalisées par d’autres que lui, lors du dénouement de ses positions.

Ce point en amène un dernier, qui bien que non judiciaire est tout aussi essentiel, surtout en ces périodes d’austérité ou la réduction des déficits publics tient lieu de loi d’airain. Au motif de compenser ses pertes, la somme de 1700 millions d’euros a littéralement été offerte à la Société Générale sur les deniers publics alors que la jurisprudence du Conseil d’Etat ne le permettait pas.

Les contribuables et tous les citoyens ont le droit de savoir si le versement de telles sommes était justifié. L’Etat a le devoir de le vérifier et de répondre sur ce point. A défaut de combattre son ennemi la finance, Le Président de la République doit demeurer le garant du fait que des fonds publics n’ont pas servi à financer les excès de la finance folle.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit: Jérôme Kerviel, malgré le torrent de boue qui s’est abattu sur lui, ne peut servir de paravent aux folies d’un système sans morale et à la rapacité sans limite. Toutes les stratégies des officines de communication visant à accréditer la thèse d’un homme qui aurait agi seul ne doivent pas nous détourner des véritables enjeux.

Aux Etats-Unis, le pays du capitalisme roi, le procès de « la baleine de Londres » ce trader qui avait trop misé et perdu 6 milliards d’euros est finalement devenu le procès de son employeur, JP Morgan, accusé de « conduite imprudente ». Et en France? Le contraste est tristement saisissant: on voudrait condamner à vie un ancien trader qui n’a jamais agi que dans l’intérêt de sa banque, qui récompensait chaque année en bonus sa seule hiérarchie pour sa conduite spéculative inconsidérée?

Ici se rejoignent l’exigence de vérité et l’impératif civique. Chaque jour qui passe montre que nos sociétés sont malades, et d’abord de leur matérialisme. Le traitement de l’affaire dite « Kerviel » dira si nous avons définitivement rendu les armes devant les puissances de l’argent ou si un espoir de désintoxication de nos sociétés est encore permis.

Publié dans Activisme & Dissidence, Îles Caïman, Banksters, Capitalisme Multinationales Banksters, criminalisation du militantisme, Ethique, Europe, France, France Sarkozyste, France Socialiste, Info Censurée, Justice & Droits de l'Homme, Luxembourg, Militance, Monaco, Mondialisation, Paradis fiscaux, Politique | Tagué , | 2 commentaires

[Europe – Economie] Contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, la Grèce continue de sombrer

Municipal employees protest in Athens

On veut nous faire croire, ces derniers jours, que la Grèce va mieux, que le pays est sur la voie du redressement, et deux preuves irréfutables sont apportées à cette démonstration : le pays dégage un excédent budgétaire primaire, et il a retrouvé un accès des marchés financiers. Voyons ce qu’il en est réellement.

Commençons par ce soi-disant excédent primaire. Celui-ci se définit comme des recettes supérieures aux dépenses, sans que l’on prenne en compte les intérêts à payer pour la dette. Un tel excédent est l’indice d’une situation relativement saine puisqu’il signifie que le train de vie de l’Etat s’autofinance et que seuls les intérêts de la dette font plonger le budget dans le rouge. La France n’y arrive pas, l’Italie tout juste, et maintenant la Grèce à hauteur de 0,8% du PIB. Mais pour obtenir ce résultat, la Troïka (le représentant de la Commission européenne à Athènes) a fait abstraction du plan d’aide « exceptionnel » accordé aux banques grecques ! Au total, le déficit du budget grec pour 2013 s’établit à 12,7% du PIB, mais à 3,2% sans ce plan d’aide, et finalement à +0,8% en enlevant les intérêts de la dette.

En fait la situation de la Grèce se dégrade : le déficit budgétaire passe de 8,9% du PIB en 2012 à 12,7% en 2013, on l’a vu, tandis que la dette publique passe de 157,2% du PIB en 2012 à 175,1% en 2013. Une progression rapide et un taux insoutenable qui rendront inévitable un nouveau plan de restructuration, la croissance quasi nulle ne permettant aucunement de faire face à ces échéances. Le secteur bancaire, lui, est en situation de faillite avec la première restructuration de la dette grecque qui lui a coûté très cher, avec l’effondrement de l’économie (et donc l’explosion du taux de défaut sur les crédits), avec l’épargne qui fuit le pays et, ne l’oublions pas, avec la faillite de Chypre où il était très engagé. Nul doute que le plan d’aide « exceptionnel » de 2013 devra être renouvelé. Mais cela il ne faut pas en parler avant les élections européennes du 25 mai…

Autre « bonne nouvelle », soi-disant, la Grèce a retrouvé le chemin des marchés en plaçant 3 milliards d’euros à 5 ans, à un taux proche de 4,95%. Mais lorsque l’on regarde qui a acquis ces emprunts on note l’absence de toute institution financière européenne (elles se sont fait prendre une fois, pas deux !). Les acquéreurs sont des investisseurs étrangers, certainement des hedge funds qui recherchent le risque (ils vont être servis) et… les banques grecques. Ca en devient comique : l’Etat grec renfloue ses banques en faillite (avec de l’argent européen) qui, en échange du service, acquièrent des bons du Trésor. C’est l’aveugle qui soutient le paralytique.

En réalité la Grèce continue de s’enfoncer sans possibilité de s’en sortir, mais ces deux annonces servent juste à faire illusion avant les élections européennes ainsi qu’à entretenir l’espoir d’une reprise en Europe : si même la Grèce s’en sort, les autres pays européens vont basculer dans la croissance, non ? Eh bien non, il n’y a pas de reprise, et la Grèce va bientôt refaire parler d’elle dans des termes peu avantageux.

Source : GoldBroker.com

Contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, la Grèce continue de sombrer | News360xNews360x.

Publié dans Activisme & Dissidence, criminalisation du militantisme, Europe, Info Censurée, Instances & Démocratie, Lobbies et industries mafieuses, Militance, Politique | Laisser un commentaire

[Europe – Militance] Petit guide de résistance à l’Europe austéritaire – Attac France

Attac vous propose, dans ce petit guide, une revue des enjeux des politiques menées en Europe, ainsi que des luttes et alternatives qui s’y développent. Nous en sommes persuadés : les mouvements de résistance à l’offensive néolibérale en cours en Europe peuvent rassembler et inverser la tendance.

Depuis l’éclatement de la crise, les gouvernements européens et la Troïka – la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international – mettent en œuvre des coupes budgétaires dans les programmes sociaux (austérité) et des politiques au service des multinationales et investisseurs privés (compétitivité). Mais ces mesures suscitent de fortes résistances sociales dans de nombreux pays européens.

Le rouleau compresseur des mesures d’austérité et de compétitivité est placé sous le signe de TINA, le surnom de Margaret Thatcher : There Is No Alternative (« il n’y a pas d’alternative »). Ainsi partout en Europe, les gouvernements issus de la droite ou de la gauche appliquent le même programme, inévitablement présenté comme « douloureux mais nécessaire ». Et ce alors même que ses résultats sont catastrophiques : aggravation du chômage, de la crise économique, tensions sociales… et retour en force de l’extrême-droite.

Pourtant, des alternatives existent. Des mouvements sociaux se lèvent dans les pays les plus touchés par la crise. Ils contestent les privatisations, les reculs sociaux, la mise en pièce de la société et de la nature. Ces luttes, qui tentent de se coordonner au plan européen, se multiplient et dessinent d’autres projets de sociétés, mettant les besoins écologiques et sociaux de tou.te.s avant les profits d’une minorité.

Quand la compétitivité intoxique la société

La “compétitivité” est devenue l’unique horizon des politiques publiques pour les gouvernements européens. Elle promettrait des lendemains meilleurs en stimulant la croissance économique et l’emploi. Le principe est simple : dans un contexte de libre circulation des capitaux, les économies européennes sont en concurrence pour attirer investisseurs et entreprises.

Pour maintenir des niveaux d’emploi et de croissance élevés, les gouvernements n’auraient qu’une seule alternative : se plier au bon-vouloir des marchés. Fiscalité aux petits soins, normes environnementales au rabais, exonérations de cotisations patronales, droits sociaux à la baisse, privatisations… Un véritable dumping social et environnemental qui coûte cher à la collectivité.

Bien sûr, il ne serait pas “compétitif” de faire payer la facture aux employeurs ou aux plus riches (de potentiels investisseurs…) : ce sont donc les couches moyennes ou populaires qui sont mises à contribution à travers l’augmentation des taxes sur la consommation comme la TVA. Partout en Europe la fiscalité sur les entreprises est allégée au détriment des ménages.

“Compétitivité” oblige, on taxe moins les facteurs dits mobiles (le capital, les revenus les plus élevés) et davantage les classes populaires et moyennes. En Grèce, cette logique est poussée à l’extrême : avec la baisse de la taxe sur les bénéfices des entreprises (de 25% à 10%) et la hausse des impôts sur la consommation, les employés et retraités supportent 55,5% de la charge fiscale, pour seulement 28% pour les entreprises. Un véritable “pillage fiscal” ! Et quand elles ne bénéficient pas d’impôts très bas, les multinationales comme Amazon et Google utilisent les différentiels de fiscalité selon les pays et les paradis fiscaux pour ne payer quasiment pas d’impôts. Par contre les contribuables paient pour renflouer les banques : en Irlande 40% du PIB a été injecté dans le secteur bancaire par les contribuables.

Les politiques de compétitivité consistent aussi à “modérer” voire réduire les salaires et les droits sociaux au plus grand bénéfice des entreprises. En Europe du Nord comme dans les pays du Sud, elles frappent les salariés de plein fouet :

– en Grèce, depuis 4 ans, le pouvoir d’achat a baissé de 37%, les conventions collectives qui garantissent les droits des travailleurs ont été tout simplement suspendues en 2011.

– au Portugal, le nombre de salarié.e.s couverts par des conventions collectives est passé de 1,5 million en 2010 à 300 000 en 2012.

– en Espagne, le niveau moyen des salaires est maintenant inférieur d’un tiers à celui de la zone euro et le gouvernement s’en félicite car cela “dope les exportations”.

En Europe du Nord, de telles politiques constituent un modèle pour la plupart des gouvernements :

– en Allemagne, le “modèle” basé sur la compression des salaires pour doper les exportations a fait exploser la pauvreté dans une partie de la société, et oblige aujourd’hui à établir un salaire minimum.

– avec la loi sur la sécurisation de l’emploi de 2013, la France s’est engagée dans la voie des “accords compétitivité-emploi” qui autorisent les entreprises à diminuer les salaires. Le Medef qui réclame la baisse des “charges” sociales et fiscales a été entendu, et à nouveau avec le “Pacte de Responsabilité”.

La compétitivité n’est cependant pas qu’une affaire fiscale ou sociale. En Grèce et en Roumanie, des mines d’or ont rouvert malgré les conséquences dramatiques pour l’environnement (avec notamment le déversement de cyanure en quantité). Partout en Europe, les lobbies de l’industrie extractive se mobilisent pour faire autoriser l’extraction de gaz de schiste, malgré les dangers notoires associés à cette pratique. La Pologne, fer de lance de l’exploitation du gaz de schiste en Europe, en subit aujourd’hui les conséquences.

Le désir d’attirer les grands investisseurs à tout prix conduit les décideurs européens, nationaux et locaux, à multiplier les privatisations avec pour conséquence des tarifs qui explosent pour les consommateurs.

Les multinationales françaises ont été invitées par le Président de la République grec à participer à cette grande braderie : Suez, candidate au rachat du service des eaux à Salonique, ou Vinci, qui a racheté les dix principaux aéroports du Portugal.

La “séduction” des investisseurs passe aussi par le financement de grands projets inutiles voire nuisibles, comme l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ou la ligne de chemin de fer Lyon-Turin. Des projets au plus grand bénéfice du privé, dont l’utilité sociale est négligeable par rapport aux coûts économiques et environnementaux.

L’université et la recherche n’y échappent pas : elles doivent, elles aussi, se soumettre au dogme de la compétitivité, entrer dans des logiques de concurrence et trouver des financements privés. La recherche est entièrement tournée vers des rentabilités de court terme et les chercheurs de plus en plus soumis à cette logique de concurrence.

La mobilisation citoyenne a permis de rejeter l’accord commercial anti-contrefaçon (mieux connu sous le sigle ACTA) qui aurait signifié des reculs considérables pour le respect de la vie privée, des droits des citoyen.ne.s sur internet, pour l’accès aux médicaments génériques ou l’utilisation de semences paysannes. Avec l’ouverture de la négociation d’un accord transatlantique entre l’Union européenne et les Etats-Unis, ce sont les normes sociales, environnementales et sanitaires qui sont attaquées, parce que présentées comme un obstacle à la “compétitivité”. Les entreprises pourraient attaquer les Etats devant des tribunaux arbitraux privés. Une mobilisation citoyenne des deux côtés de l’Atlantique s’organise pour faire échec à ce projet.

Ces politiques de compétitivité sont doublement mortifères : elles instituent la concurrence entre les peuples, plonge les Etats dans une guerre économique qui détruit les modèles sociaux issus de longs combats… Et contribue ainsi à la montée des courants nationalistes et xénophobes.

L’austérité : une catastrophe économique, une attaque radicale contre les droits sociaux

L’austérité est en quelque sorte une manière de socialiser le coût des politiques de compétitivité qui garantissent, elles, les profits privés.

Le principe est le suivant : avec la crise financière, le renflouement des banques, la crise économique et la récession, les gouvernements ont accumulés des dettes publiques importantes qui contraignent les budgets. Impossible pour eux de “faire marcher la planche à billets” (la Banque centrale européenne s’y oppose) ou d’augmenter les impôts sur les plus riches ou sur les entreprises, “compétitivité oblige”.

Il est délicat de se contenter d’accroître la pression fiscale sur les classes moyennes et populaires : la solution choisie par les tenants de l’austérité pour équilibrer les dépenses et recettes consiste donc à sabrer dans les dépenses publiques. Cela passe par des coupes dans les effectifs et salaires de la fonction publique (et, donc, dans les services publics), ainsi que dans la protection sociale (chômage, santé, logement, retraites…).

En Grèce, au Portugal, en Espagne, on ferme des écoles et on licencie des enseignant.e.s. On ferme ou on privatise des hôpitaux, on brade les services publics au profit de multinationales et d’intérêts privés locaux.

La précarité de l’emploi et des conditions de vie devient la norme, les retraites sont sacrifiées, les jeunes sont condamné.e.s à l’émigration, la baisse du niveau de vie est radicale en à peine deux ou trois ans, le renoncement à relever le défi écologique est cyniquement justifié par la crise économique et sociale.

Les pays du Nord de l’Europe ne sont pas en reste. En France, le président Hollande a annoncé un plan d’économie de 70 milliards d’euros sur l’ensemble de son quinquennat. En 2010, le gouvernement britannique a mis en place un plan d’austérité sur 5 ans à hauteur de 90 milliards d’euros de coupes, soit 14% des dépenses. Avec au programme, suppression d’allocations sociales, relèvement à 66 ans de l’âge de départ à la retraite, privatisations partielles ou totales (santé, police, services sociaux, services publics locaux…).

Cette politique contient pourtant son propre échec : la récession qu’elle organise accroît les déficits et la dette publique dans toute l’Europe. Cet échec justifie de nouvelles coupes qui aggravent la crise. L’austérité est donc un programme sans fin de démantèlement du droit du travail et de la protection sociale, ainsi que de privatisation des services publics.

Ses résultats sont catastrophiques à tous égards : les taux de chômage atteignent des sommets supérieurs à ceux atteint lors de la crise des années 30 : près de 30% en Grèce et au Portugal. Celui des jeunes est vertigineux : 63% en Grèce, 57% en Espagne. Cette politique brutale accroît les inégalités. La justice sociale, l’aspiration démocratique, l’émancipation humaine deviennent des obstacles qu’il faut réduire.

Le cas grec

De 2010 à 2012, le pouvoir d’achat a chuté de 50% en Grèce. Les mesures d’austérité ont brisé la consommation intérieure, les entreprises n’ont plus de débouchés, les faillites se multiplient. Le PIB s’est rétracté de 25% de 2009 à 2012. Le chômage a été multiplié par 3 entre 2009 et 2012. En 2013, sur les 1,3 million de chômeurs, seulement 200 000 bénéficiaient d’allocations allant de 180 à 468€. Les jeunes paient un très lourd tribut, avec 56,4% de chômage. De nombreux n’ont qu’un souhait : émigrer.

La pauvreté atteint des records avec plus d’une personne sur 5 en dessous du seuil de pauvreté. Pour la première fois depuis 1950, la mortalité infantile a augmenté.

Les coupes budgétaires ont eu des conséquences dramatiques : l’exemple de la santé en témoigne. Depuis 2010 le financement des hôpitaux publics a diminué de 40% alors que, dans le même temps, la demande de soins hospitaliers augmentait de 24%. La réduction du personnel et la détérioration des infrastructures ont gravement réduit l’accès aux soins.

Ainsi la Troïka n’a pas sauvé la Grèce : elle l’a plongée dans le chaos. La dette et les déficits ont explosé et la divergence de compétitivité s’est accrue entre la Grèce et les autres pays de l’Union européenne.

La Grèce n’est pas un cas isolé, loin de là, même si elle a connu le “traitement” le plus brutal.

Un édifice antidémocratique dont la finance est la clé de voûte

Il suffit de le constater : les politiques d’austérité et de compétitivité, censées répondre à la crise, ne font que l’empirer. L’austérité crée la récession et détruit les économies européennes. Les politiques de compétitivité mettent en péril le contrat social et n’ont jamais tenu leurs promesses en matière d’emploi.

Les profits explosent et la précarité se généralise… Non seulement ces politiques sont des dangers pour nos sociétés, mais elles apparaissent de plus en plus comme la négation même du principe de démocratie, en témoignent les mécanismes institutionnels antidémocratiques qui contribuent à l’application du dogme austérité-compétitivité :

– la Troïka, constituée de trois instances non-élues, impose des politiques désastreuses dans les pays d’Europe surendettés. Au nom de la crise de la dette publique, elle agit comme un pompier pyromane. Les parlements nationaux enregistrent, sans débat.

– la crise de la dette publique en Europe a été aggravée par la politique irresponsable de la Banque centrale qui a poursuivi une politique monétaire en faveur des intérêts des banques privées. Au final, la spéculation par les banques sur les dettes souveraines leur a permis de dégager des profits considérables.

– les mécanismes de contrôle des budgets nationaux définis par le Traité budgétaire adopté en 2012 et plusieurs paquets de directives européennes (“Six-pack”, “two-pack”). Ils définissent une “gouvernance économique” qui soumet les budgets nationaux à un strict contrôle par la Commission européenne, avant même l’examen devant les parlements nationaux – devenus simples chambres d’enregistrement.

Pire, des sanctions automatiques sont prévues contre les Etats en cas de non-respect de leurs engagements La démocratie est-elle devenue un vain mot ? Aux mécanismes institutionnels créés pour réduire les choix des élu.e.s, s’ajoute le cynisme de dirigeants ayant un programme de “changement”, qui une fois élus confortent la mainmise des plus riches. A titre d’exemple, François Hollande s’était engagé, pendant la campagne présidentielle, à rompre avec l’austérité en Europe et à renégocier le traité budgétaire. Aussitôt élu, il l’a pourtant aussi tôt fait ratifier !

Une des causes profondes de cette fuite en avant austéritaire, faite de reculs sociaux, démocratiques et de destruction de la nature, est avant tout le choix des dirigeants européens de ne pas s’opposer à la finance. Le pouvoir économique considérable dont jouissent les multinationales et les moyens démesurés qu’elles emploient pour influencer la décision publique contribuent indéniablement à faire pencher la balance en leur faveur.

Mais force est de constater que la démission des élu.e.s leur facilite la tâche. En adhérant au dogme de l’austérité et de la compétitivité, ils deviennent des “managers” d’un territoire ou d’un pays, dont le rôle consiste à attirer entreprises et investissements privés tout en comprimant les dépenses. Dès lors, sont-ils encore les représentant.e.s de leurs électeurs ?

Ce renoncement n’est pourtant pas inéluctable, loin de là ! Des propositions existent, pour mettre au pas la finance, et dégager des marges de manœuvres budgétaires pour promouvoir des politiques sociales et écologiques. De nombreux mouvements se sont développés partout en Europe. Ils portent ces alternatives pleines d’espoir.

Des luttes sociales en Europe

Le plus emblématique des mouvements nés de la contestation des politiques austéritaires en Europe est le mouvement des places. Celui-ci a débuté en Espagne, le 15 mai 2011. Des dizaines de milliers d’étudiant.e.s, de chômeurs et chômeuses, d’actifs et de citoyen.ne.s de tous âges ont exprimé leurs colères.

Ils appelaient à une vraie démocratie. Inspiré.e.s par les révolutions des peuples arabes, ils ont décidé de camper sur la place centrale de Madrid. Cette initiative faisait suite à une manifestation historique au Portugal à l’initiative de jeunes précaires ; elle a aussi essaimé en Grèce, où un mouvement des Indigné.e.s s’est installé sur la place Syntagma, en face du Parlement grec.

Ces mobilisations ont contribué à mettre en mouvement, contre la résignation ambiante, des centaines de milliers de personnes. Elles ont préparé le terrain pour des victoires importantes contre les expulsions locatives, ou contre le projet de privatisation des hôpitaux dans la région de Madrid, abandonné en février 2014 après plus d’un an de mobilisation.

En Grèce, le mouvement des places a initié de vastes mobilisations contre la privatisation de l’eau, la réouverture des mines d’or, ou encore des initiatives de solidarité locale comme celle des dispensaires sociaux autogérés. Les assemblées de quartiers ont permis un renouveau de la gauche, qui s’est aussi traduit par les succès électoraux de Syriza (parti de la gauche grecque). Ce mouvement a donc à la fois obtenu des victoires concrètes et contribué à renouveler le paysage de la contestation sociale aux plans syndical et politique.

Le mouvement des places a aussi contribué, en lien avec les centrales syndicales des pays du Sud de l’Europe, à l’organisation d’une grève générale simultanée en Espagne et au Portugal, le 14 novembre 2012, avec des manifestations contre l’austérité organisées le même jour dans la plupart des pays européens.

En Italie, en 2010, la mobilisation des comités citoyens pour l’eau publique a permis de mettre un coup d’arrêt à la privatisation de l’eau. Cette mobilisation populaire a permis de rassembler les signatures nécessaires pour l’organisation d’un référendum abrogatif organisé en 2011. Malgré la désinformation, la privatisation a été massivement rejetée, avec une participation record.

Validant ainsi le slogan des comités citoyens “Ça s’écrit EAU, mais ça se lit démocratie !” En France, c’est le projet de nouvel aéroport à Notre- Dame-des-Landes, qui cristallise la colère citoyenne contre un modèle de société où le développement économique se fait contre la nature et contre les peuples.

La France a également connu à partir de 2011 un vaste mouvement populaire contre l’exploitation des gaz de schiste, qui a abouti à la mise en place d’un moratoire sur l’exploitation de ces hydrocarbures non conventionnels. A ce mouvement, fait écho la forte mobilisation anti-gaz de schiste en Pologne, où paysan.ne.s et citoyen.ne.s ont provisoirement empêché la multinationale états-unienne Chevron d’exploiter le sous-sol.

L’Europe de l’Est et les Balkans ont connu une séquence de mobilisations historiques, avec des manifestations très importantes en Roumanie, en Bulgarie, et plus récemment en Bosnie et en Slovénie.

En Allemagne, devant la Banque centrale européenne, les mobilisations “Blockupy Francfort”, organisées depuis 2012, dénoncent l’Europe de la finance. En Grande-Bretagne, la Coalition of Resistance, qui rassemble syndicats, mouvements citoyens et les No cuts, est à l’origine de manifestations sans précédent depuis des décennies contre le plan d’austérité drastique du gouvernement Cameron.

Ces mouvements discutent ensemble, se rencontrent à l’occasion permettant la création de réseaux de mobilisation européens, c’est le cas sur la santé, sur le logement. Si une riposte générale n’est pas encore à l’ordre du jour, ces mouvements constituent néanmoins des embryons nécessaires pour dessiner des alternatives nationales mais aussi européennes.

Conclusion

Dans de nombreux pays, les citoyen.ne.s s’organisent et se mobilisent. Au plan local ou national, articulées ou non au plan européen, ces mobilisations contribuent à des victoires contre les politiques néolibérales, et ouvrent la voie à des ruptures politiques. Celles-ci impliquent l’émergence de forces politiques progressistes, à laquelle les mouvements sociaux contribuent tout en gardant une autonomie exigeante.

Attac soutient les mouvements qui agissent contre les diktats de la finance, de l’austérité et de la compétitivité, contre cette Union européenne des oligarchies, construite par et pour elles. La coordination entre ces mouvements au plan européen doit jouer un rôle important. Attac France oeuvre avec le réseau des Attac d’Europe à construire un espace de réflexion et d’action pour tous ceux et toutes celles qui souhaitent faire avancer un projet démocratique et la construction d’un avenir commun.

Après l’Université d’été européenne des mouvements sociaux, à Paris du 19 au 23 août 2014, lieu d’échange, de débats et de coordination pour les mouvements européens, Attac sera à Francfort à l’automne 2014 lors des importantes mobilisations qui seront organisées à l’occasion du déménagement de la Banque centrale européenne et qui seront un autre moment de coordination des luttes, l’expression d’une résistance globale et du passage à l’offensive des mouvements sociaux.

En France et en Europe, mobilisons-nous !

Quelques liens

Coalition européenne Alter Sommet pour une Europe sociale, écologique et féministehttp://www.altersummit.eu

Campagne internationale de solidarité avec la Grèce : http://bit.ly/1hldgVh

Forum alternatif mondial de l’eau : www.fame2012.org

Coordination européenne pour le droit au logement (anglais) :http://europeandayofactionforhousingrights.wordpress.com

Site international Blockupy Francfort (anglais) : https://blockupy.org/en/

La plateforme Democracia Real Ya du mouvement 15M (espagnol) : http://www.democraciarealya.es/

Le collectif français Stop-Tafta contre l’accord transatlantique : https://www.collectifstoptafta.org/

Portail de la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des- Landes : http://zad.nadir.org/

Coordination française contre les gaz de schiste : http://www.nongazdeschiste.fr

Source : Petit guide de résistance à l’Europe austéritaire – Attac France.

Publié dans Activisme & Dissidence, Banksters, Berluscosie, Capitalisme Multinationales Banksters, criminalisation du militantisme, Europe, Lobbies et industries mafieuses, Militance, Mondialisation, Politique, Tutoriels militants | Laisser un commentaire

SCOOP – Le réacteur EPR de Finlande est en cours d’abandon par Areva qui retire ses salariés…

Le crash de l’industrie nucléaire française précède celui de l’ensemble de la filière…
Le quotidien économique finlandais Kauppalehti a confirmé (*) ce vendredi 28 février 2014 les informations qui circulaient depuis quelques temps au sujet du chantier du réacteur EPR situé à Olkiluoto (Finlande) : le constructeur du réacteur, le français Areva, vient de mettre un terme aux contrats de travail d’une cinquantaine de contremaîtres, les derniers encore en poste devant suivre la même voie fin mars.
Il s’agit donc d’une véritable bérézina pour Areva qui abandonne le chantier de ce réacteur, commencé en 2005, désormais pratiquement à l’arrêt, et sous peu totalement stoppé. Officieusement, la mise en service de l’EPR serait repoussée à 2018 voire 2020, c’est à dire 15 ans après le début d’un chantier qui devait être bouclé… en 4 ans et demi !
Mais le plus probable désormais est que l’EPR finlandais rejoigne les différents exemples de réacteurs achevés mais jamais mis en service, comme à Lemoniz (Espagne), Zwentendorf (Autriche), Bataan (Philippines) ou Kalkar (Allemagne). Il est même possible qu’il ne soit jamais terminé mais, dans tous les cas, il s’agit d’un désastre pour l’industrie nucléaire française.
Il est d’ailleurs grand temps que l’opinion publique découvre que :
– 54 des 58 réacteurs nucléaires « français » sont en réalité américains (les licences ayant été payées – fort cher – par EDF à Westinghouse au début des années 70) ;
– la nouvelle usine « française » (Georges Besse2) d’enrichissement de l’uranium utilise des centrifugeuses achetées (fort cher à nouveau) par Areva à son concurrent européen Urenco ;
– les rares réalisations vraiment françaises sont des échecs cuisants (réacteurs graphite-gaz des années 60, Superphénix, EPR) ;
Il est aussi grand temps que les « élites » françaises cessent de vénérer Mme Lauvergeon, responsable du désastre de l’EPR, mais aussi d’autres opérations aventureuses comme les investissements ruineux et inutiles aux USA ou, bien entendu, l’affaire Uramin dans laquelle la « justice » s’est curieusement dépêchée de ne rien faire malgré les éléments accablants pour « Atomic Anne ».
Il faut aussi noter que EDF ne fait guère mieux puisque le chantier EPR de Flamanville (Manche) connait lui aussi des retards et surcouts gigantesques, d’inquiétantes malfaçons et des défauts plus ou moins couverts par l’Autorité de sûreté. Si ce réacteur est un jour achevé, en 10 ans (ou plus) au lieu de 4 et demi, pour 10 milliards (ou plus) au lieu de 2,8 (le premier prix annoncé par EDF), sa mise en service entrainera de fait la mise en danger extrême de la population française et même européenne.
Entre un parc nucléaire dans un état avancé de délitement, que les investissements insensés prévus par EDF (100 à 200 milliards !) ne pourront réhabiliter, et le projet de construction (irresponsable et de toute façon hors de compétence pour EDF et Areva) de plusieurs EPR, la France va rapidement se retrouver dans une situation inextricable pour n’avoir pas su se lancer dans les alternatives (économies d’énergie, énergies renouvelables).
Il est grand temps de mettre un terme à la catastrophique aventure du nucléaire qui a causé les pires catastrophes industrielles (Tchernobyl et Fukushima), qui produit des déchets radioactifs qui vont rester dangereux pendant des millions d’années, qui pille et contamine les pays où est extrait l’uranium (le Niger est ainsi exploité depuis 50 ans pour alimenter à bon compte les réacteurs français).
La part du nucléaire dans l’électricité mondiale est passée de 17% en 2001 à 11% en 2011 (**) et à 9% désormais. Cette chute fulgurante, commencée bien avant le début de la catastrophe de Fukushima, va continuer au fil des innombrables fermetures de vieux réacteurs (un tiers de la flotte mondiale a plus de 25 ans).
L’industrie nucléaire est condamnée, mais elle peut cependant encore causer des drames et catastrophes, raison pour laquelle il faut au plus vite la mettre définitivement à l’arrêt : l’abandon probable de l’EPR finlandais montre clairement la voie à suivre.
(**) Agence internationale de l’énergie, Key world energy statistics 2003 et 2013, p24 :
Publié dans Activisme & Dissidence, ANDRA, AREVA, Capitalisme Multinationales Banksters, criminalisation du militantisme, Eau - gestion et ressources, Ecologie, Ecologie politique, Energies & technologies, Europe, France, France Sarkozyste, France Socialiste, Info Censurée, Journal des bonnes nouvelles, Lobbies et industries mafieuses, Militance, Mondialisation, Multinationales, Nucléaire, Politique, Pollution, Recyclage, Scandinavie, Sciences sans conscience | Laisser un commentaire

Le DG de Tata Motors se ‘’suicide’’ juste avant la sortie de sa voiture à air

l43-airpod-prima-auto-120716175211_big

LE DG DE TATA MOTORS SE ‘’SUICIDE’’ JUSTE AVANT LA SORTIE DE SA VOITURE À AIR

 

129 VOTES

Elle devait sortir fin 2013, elle arrive début 2014. Mais ne rêvez pas, certains pays ont déjà prévu de taxer l’air comme la Grande-Bretagne ou encore l’Australie. Pour info, lire plus bas, le PDG est mort il y a trois jours, il serait suicidé !

obpicnEd33ZUne preuve supplémentaire – si besoin en était – que les trusts pétroliers et le gouvernement nous prennent pour des cons !

sortie imminente des ateliers de Tata Motors en Inde !

Il s’agit d’un moteur automobile qui fonctionne avec de l’air. Seulement l’air qui nous entoure.

Tata Motors en Inde a prévu que la voiture à air pourrait sillonner les rues indiennes courant 2014.

La voiture à air comprimé, développée par l’ex-ingénieur de Formule 1 Guy Nègre de MDI basée au Luxembourg, utilise l’air comprimé pour pousser les pistons de son moteur et faire avancer la voiture.

La voiture à air comprimé, appelée «Mini CAT» pourrait coûter autour de 365757 roupies en Inde soit 8177 $ c’est à dire 5.225 €

La Mini CAT qui est un simple véhicule urbain léger, avec un châssis tubulaire, un corps en fibre de verre qui est collé pas soudé et alimenté par l’air comprimé. Un microprocesseur est utilisé pour contrôler toutes les fonctions électriques de la voiture. Un petit émetteur radio envoie des instructions à l’éclairage, clignotants et tous les autres appareils électriques sur la voiture. Qui ne sont pas nombreux.

La température de l’air pur expulsé par le tuyau d’échappement se situe entre 0 – 15 degrés en dessous de zéro, ce qui le rend approprié pour une utilisation pour le système de climatisation intérieur sans avoir besoin de gaz ou de perte de puissance.

Il n’y a pas de clé, juste une carte d’accès qui peut être lue par la voiture depuis votre poche. Selon les concepteurs, il en coûte moins de 50 roupies (1€ = 69 roupies) par 100 km, c’est à peu près un dixième du coût d’une voiture fonctionnant à l’essence.

Son kilométrage est d’environ le double de celui de la voiture électrique la plus avancée, un facteur qui en fait un choix idéal pour les automobilistes urbains. La voiture a une vitesse de pointe de 105 km/heure (c’est parfait puisqu’il ne faut pas dépasser le 90 voire le 70 Km/h et 50 en ville) ou 60 mph et aurait une autonomie d’environ 300 km ou 185 miles. Le remplissage de la voiture aura lieu dans les stations service adaptées avec des compresseurs d’air spéciaux. Remplir ne vous prendra que deux à trois minutes et coûtera environ 100 roupies (1€= 69 roupies) et la voiture pourra faire encore 300 kilomètres. Cette voiture peut également être remplie à la maison Il faudra alors 3 à 4 heures pour remplir le réservoir, mais cela peut se faire pendant que vous dormez.

Le réservoir se recharge sur une simple prise électrique en 4 h pour un coût de 1,50 € et permet une autonomie de 150 km.

TATA MOTORS se penche actuellement sur une pompe à air comprimé, ce qui permettrait de faire un plein du réservoir en 3 minutes chrono pour un coût d’environ 2,50 €.

Parce qu’il n’y a pas de moteur à combustion, le changement d’huile (1 litre d’huile végétale) n’est nécessaire que tous les 50.000 km ou 30.000 miles. Grâce à sa simplicité, il y a très peu d’entretien à faire sur cette voiture.

Cette voiture à air semble presque trop belle pour être vraie.

Les groupes de pression et les hommes de pouvoir auront-ils encore le dernier mot ?

Sans compter que nous respirerions « enfin » du bon air dans les villes !

Qu’en pense notre ministre improductif du redressement productif ?

Que feront les compagnies pétrolières pour l’arrêter ?

Les pouvoirs publics trouveront bien une parade pour ne pas homologuer ce véhicule en Europe et en Amérique du nord, et comme ça le tour sera joué ! Comme il l’est dit tout en haut, taxer l’air semble une jolie parade. Les dirigeants sont sans scrupule, la taxe, c’est l’existance… chez ces gens-là…

Autre parade, un tremblement de terre provoqué par HAARP comme au Japon où le séisme de mars 2011 a balayé le site japonais de construction automobile de voitures à eau qui se trouvait alors non loin de Fukushima et dont la mise sur le marché était là aussi imminente.

Mais pour commencer, il faut assassiné le PDG de Tata Motors, ce qui est fait.

Lu ici  avec WikiStrike

L’étrange suicide du DG de Tata Motors à Bangkok

Karl Slym

Karl Slym

Au lendemain de la mort à Bangkok du directeur général du constructeurautomobile indien Tata Motors, qui a chuté du 22e étage de son hôtel, la policethaïlandaise a indiqué lundi avoir retrouvé ce qui ressemble à une lettre de suicide dans sa chambre.

Alors que Karl Slym, Britannique de 51 ans, se trouvait dans la capitale thaïlandaise pour assister à un conseil d’administration de Tata Motors Thailand Ltd, son corps a été retrouvé dimanche sur un balcon du 4e étage de l’hôtel Shangri-La où il séjournait. « Initialement, nous ne pouvons que présumer qu’il s’est suicidé, a déclaré le lieutenant-colonel de la police Somyot Boonnakaew. La fenêtre était petite et il a fallu qu’il fasse un effort pour passer à travers. » La lettre de suicide présumée, trouvée dans la chambre, a été envoyée pour analyse, pourvérifier qu’il s’agit bien de son écriture, a-t-il ajouté.

a police pense que la femme de Slym était dans la chambre au moment de sa mort, mais a précisé qu’elle était à ce stade trop « choquée » pour répondre aux questions des enquêteurs.

Dimanche, le constructeur automobile avait annoncé que son directeur général était mort lors d’une chute, tandis que la presse indienne indiquait qu’il avait perdu l’équilibre avant de tomber dans le vide. Karl Slym avait rejoint Tata Motors en 2012 et était chargé des opérations en Inde et sur les marchés internationaux, sauf pour Jaguar et Land Rover. Diplômé de l’université américaine de Stanford, il avait été auparavant vice-président d’une coentreprise de General Motors enChine, SGMW, et président de General Motors en Inde.

C’est lui qui a cherché à repositionner la Nano (la voiture à 2 300 dollars  de Tata Motors) comme une « deuxième voiture », voire une alternative bon marché aux scooters, après son échec commercial, rapporte Les Echos.

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/01/27/le-dg-de-tata-motors-retrouve-mort-a-bangkok-se-serait-suicide_4355060_3216.html

 

Le DG de Tata Motors se ‘’suicide’’ juste avant la sortie de sa voiture à air | Réseau International.

Publié dans Activisme & Dissidence, BP, Capitalisme Multinationales Banksters, Crime organisé, criminalisation du militantisme, Inde, Lobbies et industries mafieuses, Militance, Mondialisation, Multinationales, Pétrole Plastique, Pollution, Total | 1 commentaire

QUE FAIRE ? Réponse de Kumi Naidoo – Leçon d’activisme

Que faire ? | ARTE.

Publié dans Activisme & Dissidence, Ecologie, Ecologie politique, Engagement & citoyenneté, Ethique, Europe, Humanisme, Innovation sociale, Journal des bonnes nouvelles, Militance, Politique, Pollution, Pratique et Tutoriels, Solidarisme, Tutoriels militants, Vidéos militantes | Laisser un commentaire