ANONYMOUS TIENT SA PROMESSE ET BALANCE LES NOMS DE 1000 MEMBRES DU KU KLUX KLAN

Ils l’avaient promis, ils l’ont fait. Les Anonymous viennent de dévoiler les noms de 1000 membres du Ku Klux Klan avec, pour certains, les adresses électroniques et informations de profils sociaux.

Anonymous

Il y a une petite semaine, les Anonymous promettaient de dévoiler les identités de 1000 membres du Ku Klux Klan. Quelques jours plus tard, certains d’entre eux voyaient leurs noms et coordonnées rendues publiques sur internet. Liste retirée depuis car elle contenait certaines informations erronées. Hier soir, le collectif d’activistes dévoilait les noms des 1000 membres en question sur le site Pastebin, le tout accompagné d’un tweet sur lequel on pouvait lire « Avec amour ».

Une date qui n’a sans doute pas été choisie par hasard puisque le 5 novembre est la date anniversaire de l’attentat perpétré par Guy Fawkes contre le roi d’Angleterre. Or Guy Fawkes est également le visage qui a inspiré le masque des Anonymous.

En outre, le conflit entre le collectif et l’organisation raciste américaine a vraiment démarré il y a un an, après que certains membres du Ku Klux Klan ait menacé les manifestants représentant les Anonymous suite à la décision du Grand Jury du Missouri de ne pas inculper le policier blanc, Darren Wilson, poursuivi pour avoir abattu un jeune homme noir qui ne portait pas d’arme.

A noter que pour élaborer cette liste, les Anonymous n’ont utilisé aucune technique de piratage mais se sont appuyés sur des données déjà disponibles sur le net, notamment sur les réseaux sociaux, tout en menant une enquête en parallèle. Une liste qui n’apporte donc que très peu d’éléments nouveaux.

Créé en 1865 avant d’être interdit en 1870 puis d’être recréé, interdit et recréé à nouveau, le Ku Klux Klan est la plus grosse organisation raciste américaine. Ses membres qui étaient au nombre de 4 millions en 1920 représentent désormais entre 5000 et 8000 personnes.

Via

Publicités
Publié dans Militance | Laisser un commentaire

[Cultures numériques] Face à la NSA, Wikipédia protège un peu plus ses articles

La fondation Wikimédia a pris des mesures supplémentaires pour contrer les activités de la NSA. La connexion HTTPS est désormais généralisée à l’ensemble du trafic Wikipédia et des projets frères, afin de neutraliser la surveillance de masse.
25
image: http://www.numerama.com/media/attach/chiffrementcodemachine.jpg

Wikimédia maintient le cap. Dans l’optique de casser la surveillance de masse exercée par la NSA, et qui profite en particulier des insuffisances du protocole de communication HTTP (Hypertext Transfer Protocol) en matière de sécurité, la fondation vient d’annoncer vendredi la généralisation du chiffrement pour l’ensemble du trafic se produisant sur les projets dont elle a la charge.
« Aujourd’hui, nous sommes heureux d’annoncer que nous sommes en train de mettre en œuvre le protocole HTTPS pour chiffrer tout le trafic Wikimedia. Nous allons aussi utiliser le mécanisme HTTP Strict Transport Security (HSTS) afin de se prémunir contre les efforts visant à casser le trafic HTTPS pour intercepter ensuite le trafic », explique la fondation dans un billet de blog.
« Avec ce changement, les quelques 500 millions de personnes qui comptent sur Wikipédia et ses projets frères chaque mois seront en mesure de partager le savoir du monde de façon plus sûre », ajoute-t-elle. Cela vaut donc aussi bien pour ceux disposant un compte sur l’encyclopédie que pour les simples visiteurs, mais aussi pour n’importe quelle version du projet (anglophone, francophone, etc).
« Nous croyons que le chiffrement rend le web plus fort pour tout le monde. Dans un monde où la surveillance de masse est devenue une menace sérieuse pour la liberté intellectuelle, les connexions sécurisées sont devenues essentielles pour protéger les utilisateurs tout autour du monde », continue Wikimédia.

Depuis les premières révélations d’Edward Snowden sur les activités de la NSA, la fondation Wikimédia n’a pas mâché ses mots ni ménagé ses efforts contre la dérive des services de renseignement. Très vite, elle a annoncé la couleur en plaidant pour la généralisation de la connexion HTTPS et en encourageant l’utilisation de certains outils comme le module HTTPS Everywhere et le réseau TOR.

Source : http://www.numerama.com/magazine/33389-face-a-la-nsa-wikipedia-protege-un-peu-plus-ses-articles.html

Publié dans Activisme & Dissidence, Capitalisme Multinationales Banksters, Centralisme démocratique | Tagué , , , | Laisser un commentaire

[Europe – Mafia] A Rome, les funérailles triomphales d’un boss mafieux passent mal

A Rome, les funérailles triomphales d'un boss mafieux passent malA Rome, les funérailles triomphales d’un boss mafieux passent mal –  © Keystone

Carrosse antique tiré par six chevaux, pétales de roses largués par hélicoptère sur la musique du film « Le Parrain »… Les funérailles grandioses d’un chef de clan mafieux jeudi à Rome ne sont pas passées inaperçues. Au grand dam des autorités italiennes.

Vendredi, les journaux consacraient des pages entières aux détails des funérailles à la fois kitsch et pleines de défi de Vittorio Casamonica, mort à 65 ans d’un cancer. Il était considéré comme le chef d’un clan présent essentiellement dans la périphérie sud de Rome et soupçonné de fraudes, extorsions, trafic de drogue, etc. Plusieurs fois arrêté, il n’avait cependant jamais été condamné.

Les Casamonica sont cités dans l’enquête sur le réseau mafieux infiltré dans la mairie de Rome, pour lequel la justice a annoncé mercredi que 59 personnes comparaîtraient dans un « maxi-procès » devant s’ouvrir le 5 novembre.

« Vittorio Casamonica, roi de Rome », proclamait une affiche placardée à l’entrée de l’église Saint-Jean-Bosco, où ont eu lieu les funérailles dans l’est de la capitale. Une autre affiche proclamait: « Tu as conquis Rome, maintenant tu conquerras le paradis ».

Le ministre de l’Intérieur Angelino Alfano et le maire de Rome Ignazio Marino ont réclamé des explications au préfet, qui a pour l’instant évoqué « une faille dans le système ». « Il est intolérable que des funérailles soient l’instrument des vivants pour envoyer des messages mafieux », a insisté M. Marino sur Twitter.

L’affaire passe d’autant plus mal qu’en 2006, dans la même église, le curé de l’époque avait refusé des funérailles à Piergiorgio Welby, un homme souffrant de dystrophie musculaire et ayant obtenu qu’un anesthésiste débranche les machines le maintenant en vie.

Cette fois-ci, le nouveau curé a assuré à la presse qu’il n’était pas au courant du passé du défunt ni du décorum prévu par ses proches.

Source : http://www.hebdo.ch/news/soci%C3%A9t%C3%A9/rome-les-fun%C3%A9railles-triomphales-dun-boss-mafieux-passent-mal

Publié dans Militance | Laisser un commentaire

[Ecologie – Multinationales] Le fonds souverain norvégien porte un nouveau coup à l’huile de palme

huile de palme

Oslo (AFP) – Le plus gros fonds souverain au monde a donné lundi un nouveau coup de boutoir à l’industrie de l’huile de palme en annonçant son désengagement de quatre groupes accusés de contribuer à la destruction de la forêt tropicale.

Très écouté en raison de son poids financier –785 milliards d’euros– et des règles éthiques qui l’encadrent, le fonds de pension public norvégien a indiqué s’être retiré du capital du géant industriel sud-coréen Daewoo International, de sa maison-mère Posco et des groupes malaisiens Genting et IJM.

« Ces entreprises sont exclues sur la base d’une évaluation des risques concernant de graves dégâts environnementaux », a annoncé la banque centrale norvégienne, chargée de la gestion du fonds, dans un communiqué.

La production d’huile de palme, produit aux multiples usages (cosmétiques, alimentaires, bio-carburants), est une industrie controversée, l’extension des palmeraies se faisant parfois aux dépens des forêts primaires qui abritent une faune et une flore riches mais menacées, comme le sont les tigres et les grands singes.

Cela a débouché sur des campagnes de mobilisation, notamment de la part de consommateurs et d’ONG. En juin, la ministre française de l’Environnement Ségolène Royal avait appelé à cesser de manger du Nutella « parce que c’est de l’huile de palme » avant de présenter ses excuses, le producteur de la pâte à tartiner, l’italien Ferrero, faisant figure d’acteur vertueux dans ce secteur.

Présent au tour de plus de 9.000 entreprises à travers le monde et contrôlant environ 1,3% de la capitalisation mondiale, le fonds norvégien est régi par une série de règles éthiques énoncées par le Parlement norvégien.

Celles-ci lui interdisent notamment d’être investi dans des groupes coupables de violation systématique des droits de l’Homme, fabriquant des armes « particulièrement inhumaines », produisant du tabac ou encore à l’origine de graves dégâts environnementaux.

C’est au nom de ce critère qu’il a annoncé la cession de ses 0,28% dans Daewoo (une part qui valait 9 millions de dollars fin 2014), 0,91% dans Posco (198,1 millions), 0,4% dans Genting (41 millions) et 1,6% dans IJM.

Indépendamment des recommandations faites par le comité d’éthique qui le conseille dans l’application de ces règles, le fonds a au cours des dernières années mis l’accent de manière de plus en plus prononcée sur l’environnement dans ses choix d’investissement, estimant par exemple que des problèmes tels que la déforestation ou la gestion de l’eau pouvaient affecter la viabilité financière d’une entreprise.

Dès le début 2012, il s’est ainsi retiré –sans les nommer– du tour de table de 23 producteurs d’huile de palme. L’Indonésie et la Malaisie représentent à elles deux environ 80% de la production mondiale mais l’industrie s’étend aussi de plus en plus en Afrique.

Pour améliorer les pratiques, producteurs, industriels, distributeurs et ONG ont créé en 2004 la Table ronde pour l’huile de palme durable (RSPO), association dont la charte interdit que de nouvelles forêts primaires ou d’autres espaces à haute valeur de conservation ne soient sacrifiés au profit de palmeraies.

Dans le viseur du fonds souverain norvégien lui-même alimenté par les revenus pétroliers de l’État –ce que certains détracteurs ne manquent pas de faire valoir–, ni Daewoo ni Posco ne sont membres de la RPSO.

Détenu à 60% par Posco, Daewoo possède 85% d’une entreprise indonésienne disposant d’une concession sur 32.500 hectares, en grande partie recouverts de forêts tropicales, en Papouasie indonésienne. Mais l’huile de palme ne représente qu’une infime fraction des activités des deux groupes sud-coréens.

« C’est le signe que le fonds de pension prend la thématique très au sérieux », s’est félicité Nils Hermann Ranum, un responsable de la Rainforest Foundation Norvège.

Genting et IJM, pour leur part, sont membres de la RSPO mais accusés de ne pas en respecter les principes ou d’être insuffisamment transparents.

« Cela montre que la RSPO est archaïque pour ce qui est de la certification environnementale », a estimé M. Ranum. « Si elle veut qu’on continue à la prendre au sérieux, il va falloir qu’elle resserre sa réglementation ».

Source : © AFP http://www.goodplanet.info/actualite/2015/08/18/le-fonds-souverain-norvegien-porte-un-nouveau-coup-a-lhuile-de-palme/

Publié dans Activisme & Dissidence, Capitalisme Multinationales Banksters, Consommation responsable | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

La CGT Equipement-Environnement

 

 

Source : La CGT Equipement-Environnement.

Publié dans France, France Sarkozyste, France Socialiste, Militance, Politique, Syndicalisme, Tutoriels militants, Vidéos militantes | Laisser un commentaire

[France nucléaire] Chooz : nouvelle victoire juridique des anti-nucléaires, EDF condamné pour une fuite d’acide sulfurique !

Nouvelle victoire juridique des anti-nucléaires !

Fuite d’acide sulfurique à la centrale nucléaire de Chooz : le Tribunal de Charleville-Mézière condamne EDF pour ses nombreux manquements

Nouvelle victoire juridique des anti-nucléaires ! EDF est une nouvelle fois condamné pénalement dans une affaire de pollution environnementale. Le 29 décembre 2011, la centrale nucléaire de Chooz a constaté une importante fuite d’acide sulfurique dans l’environnement du circuit de traitement antitartre des tours de refroidissement. A la suite d’une citation directe du Réseau « Sortir du nucléaire », le Tribunal de police de Charleville-Mézières a reconnu EDF coupable de ce déversement incontrôlé de produit chimique dans la Meuse. Le mythe d’une énergie nucléaire propre en prend, encore une fois, un bon coup…

Une importante fuite d’acide sulfurique dans la nature

La centrale nucléaire de Chooz B, qui comprend deux réacteurs parmi les plus récemment construits en France est implantée au bord de la Meuse, dans la pointe nord du département des Ardennes, à 10 km de la Belgique.

Le 29 décembre 2011, au point de rejet en Meuse des eaux pluviales collectées sur le site, EDF a détecté un pH anormalement acide, de l’ordre de 1,5. Selon les prescriptions en vigueur, celui-ci aurait dû être compris entre 6 et 9. En cause : une fuite provenant du circuit de traitement antitartre à l’acide sulfurique des tours de refroidissement.

Le rejet avait vraisemblablement débuté le 6 décembre 2011 lors du redémarrage du réacteur n° 1 et des installations de traitement des tours de refroidissement. Selon les estimations d’EDF, jusqu’à la détection, entre 250 et 600 litres d’acide sulfurique ont été rejetés par jour dans la Meuse !

Une pollution de l’environnement dues à des négligences et des manquements de la part de l’exploitant

Le 9 janvier 2012, lors d’une inspection destinée à examiner les circonstances et les conséquences de cette importante fuite, l’Autorité de sûreté nucléaire a constaté de nombreuses négligences dans l’exploitation et la maintenance des équipements : pièces non conformes, tuyauteries rouillées…

EDF ne peut affirmer que ces rejets n’ont « aucun impact sur l’environnement », l’acide sulfurique étant connu pour ses propriétés corrosives. Cette pollution est d’autant plus révoltante que la centrale de Chooz est coutumière du fait. Déjà, en 2005, une députée belge avait dénoncé une hausse soudaine de la radioactivité des eaux captées en aval dans la Meuse [1]. Et il semble qu’aucune précaution particulière n’ait été mise en œuvre pour éviter ces rejets : en avril 2013, une nappe d’hydrocarbure de 50 m2 a été rejetée dans la Meuse, suivie en juillet 2013 d’un deuxième rejet d’acide sulfurique [2] !

A la suite d’une citation directe du Réseau « Sortir du nucléaire », le Tribunal de police de Charleville-Mézières a examiné cette affaire le 2 juillet 2014. Les associations Nature et Avenir et France Nature Environnement se sont constituées parties civiles. L’affaire a été mise en délibéré et le jugement a été rendu le 30 juillet. EDF a été reconnue coupable de quatre infractions à la réglementation relative aux installations nucléaires et a été condamnée à 2500 euros d’amende par infraction, à 2000 euros de dommages et intérêts pour chaque associations, au nombre de trois, et à 2000 euros pour les frais engagés. Le nucléaire n’est pas une énergie propre, et cette affaire vient, une nouvelle fois, le démontrer..

Notes :

[1] http://www.lachambre.be/kvvcr/showpage.cfm?section=qrva&Xlanguage=fr&cfm=qrvaXml.cfm?legislat=51&dossierID=51-b089-7-0664-2004200504617.xml

[2]
Le Réseau « Sortir du nucléaire » a également porté plainte pour ces deux dernières affaires :

http://www.sortirdunucleaire.org/Chooz-fuite-hydrocarbure

http://www.sortirdunucleaire.org/Chooz-fuite-acide-2

Publié dans ANDRA, AREVA, Ecologie, Ecologie politique, Energies & technologies, Europe, France, France Socialiste, Info Censurée, Militance, Nucléaire, Politique, Pollution, Sciences sans conscience, Tutoriels militants | Tagué , , | Laisser un commentaire

[Militance – Désinformation] « Bourse aux graines » : Avaaz, bas les masques !


Nouvelle spéciale de Kokopelli : Avaaz, bas les masques !

ATTENTION : Kokopelli dénonce la campagne frauduleuse d’AVAAZ concernant une prétendue « bourse aux graines » mondiale

Cher(e)s ami(e)s de Kokopelli,

> L’organisation américaine AVAAZ a lancé il y a quelques jours une nouvelle campagne de levée de fonds, intitulée « La meilleure manière d’arrêter Monsanto », et diffusée largement sur Internet et par mail, visant supposément à créer le « tout premier eBay pour semences à but non lucratif ».

L’association KOKOPELLI n’est absolument pas à l’origine de cette campagne et ne connaît aucune organisation française ou européenne qui y participerait.

> De plus, le courriel faisant la promotion de cette campagne prétend que « une coalition de 20 groupes et personnalités de l’agriculture durable tels que le Center for Food Safety et l’activiste Vandana Shiva sont prêts à lancer le projet. » Nous ne connaissons pas ces groupes, qui ne sont pas nommés, mais nous avons contacté Vandana Shiva à ce sujet et elle nous a répondu ceci : “I am not involved in this initiative, have never been contacted or consulted about it.” (je ne suis pas engagée dans cette initiative, et n’ai jamais été contactée ou consultée à son sujet) !!! Elle a également manifesté son indignation face à la récupération de ses nom et notoriété sur son blog SeedFreedom.

> Si, sur ce blog, l’organisation américaine Center for Food Safety endosse ces manœuvres grotesques et parle « d’erreur » et de« malentendu », nous n’y croyons pas du tout. De quel type d’erreur peut-il s’agir lorsqu’il est question de lancer une campagne mondiale, dans 17 langues, pour récolter plusieurs centaines de milliers de dollars, voire des millions – car les sommes globales récoltées sont soigneusement occultées, mais ce sont déjà plus de 55.000 personnes qui ont donné – ?

> Nous remarquons, de plus, que le texte de présentation de la campagne est très mal rédigé ; que ses termes sont particulièrement évasifs ; qu’il n’existe aucun site Internet relatif au projet évoqué ; que les “fermiers” et “organisations” partenaires ne sont pas nommés ; que les éventuels fournisseurs et bénéficiaires des semences ne sont pas identifiés ; que les actions projetées ne tiennent aucun compte des contraintes réglementaires qui nous obèrent depuis 60 ans, etc.

> Tout cela n’est pas sérieux, et il semble donc que cette campagne soit une nouvelle imposture de l’organisation AVAAZ – dont nous-même,et d’autres, avons déjà dénoncé le caractère plus que douteux par le passé – destinée seulement à récolter des fonds auprès d’internautes généreux mais bien trop crédules.

Nous demandons donc le retrait immédiat de cette campagne – ou bien le détail exact et complet du projet évoqué dans celle-ci, s’il existe – et la transparence la plus totale sur l’utilisation des sommes récoltées, ou leur restitution aux donateurs trompés !

> Nous vous recommandons donc la plus grande prudence vis-à-vis de cette campagne, et, de manière générale, vis-à-vis de l’organisation AVAAZ, et vous invitons à faire circuler ce message au plus grand nombre de destinataires possible.

> L’équipe de Kokopelli – le 16 juillet 2014.

>* * *
>

Special news from Kokopelli: AVAAZ, pull the veil away !

BEWARE: Kokopelli denounces AVAAZ’s fraudulent campaign concerning a so-called global “seed exchange”

> Dear friends of Kokopelli,

> A few days ago, the american organisation AVAAZ has launched a new fundraising campaign called “the best way to stop Monsanto”, widely circulated on Internet and by e-mail, and supposedly intended to create “the first ever, non-profit “eBay” of seed”.

The association KOKOPELLI is absolutely NOT the initiator of that campaign and knows no French or European organisation participating in it.

> Moreover, the e-mail promoting this campaign pretends that “a coalition of more than 20 groups and leaders in the field of sustainable agriculture like the Center for Food Safety and activist Vandana Shiva are standing by ready to launch the project.” We don’t know these groups, which are not designated, but we have contacted Vandana Shiva on this topic and here is what she answered: “I am not involved in this initiative, have never been contacted or consulted about it”!!! She has also expressed her indignation at the hijacking of her name and reputation on her SeedFreedom blog.

> On this blog, the US organisation Center for Food Safety takes responsibility for these grotesque tactics and talks about “error” and “misunderstanding”, but we don’t believe a word of it all. What kind of error can it be when it is about launching a worldwide campaign, translated into 17 languages, in order to collect several hundreds of thousands of dollars, if not millions – because we have noted that the global amounts collected are carefully blanked out, but already more than 55.000 persons have donated -?

> We also note that the text presenting the campaign is very poorly drafted, that its terms are very evasive, that no Internet website exists for the project mentioned, that the partner “farmers” and “organisations” are not designated, that the potential suppliers and beneficiaries of seeds are not identified, that the proposed actions have no consideration for the regulatory constraints which undermine our action since 60 years, etc.

> All of that is not serious, and it seems therefore that this campaign is a complete sham of the organisation AVAAZ – of which we have already denounced the dubious character in the past (only in FR) – intended only to raise money at the expenses of generous but far too credulous web users.

We therefore ask for the immediate withdrawal of this campaign – or the exact and complete details of the project mentioned in it, if it exists – and full transparency on the use of collected sums, or complete refund to the deceived donors!

> In any case, we recommend the utmost prudence concerning this campaign and, in general, concerning AVAAZ, and invite all of you to circulate this message to the largest possible number of recipients.

> Kokopelli’s team – 16 July 2014

>* * *
>

Noticia especial de Kokopelli: ¡AVAAZ, quítate la máscara!

ATENCIÓN: Kokopelli denuncia la campaña fraudulenta de la organización AVAAZ respecto a un supuesto «mercado de semillas» mundial

> Estimad@s amig@s de Kokopelli,

> La organización norteamericana AVAAZ lanzó hace algunos días una nueva campaña de levantamiento de fondos, llamada «la mejor manera de frenar a Monsanto», difundida ampliamente en Internet y por correo electrónico, pretendiendo supuestamente crear “el primer mercado de semillas sin ánimo de lucro de Internet”.

La asociación KOKOPELLI advierte que NO es la iniciadora de esta campaña y que no conoce a ninguna organización francesa o europea que participaría de ella.

> Además, el correo electrónico promoviendo esta campaña afirma que “una coalición de más de 20 grupos y líderes en el ámbito de la agricultura sustentable, como el Centro para la Seguridad Alimentaria (con base en EU) y la activista Vandana Shiva están listos para lanzar el proyecto”. No conocemos a estos grupos, que no están nombrados, pero hemos contactado a Vandana Shiva al respecto y esto es lo que nos ha contestado: “I am not involved in this initiative, have never been contacted or consulted about it.” (no estoy involucrada en esta iniciativa y nunca he sido contactada o consultada a este respecto)!!! También manifestó su indignación frente a la recuperación de su nombre y notoriedad en su blog SeedFreedom.

> Si bien, en ese blog, la organización norteamericana Center for Food Safety (Centro para la Seguridad Alimentaria) asume la responsabilidad de estas maniobras grotescas y habla de “errores” y “malentendidos”, no le creemos nada. ¿Que tipo de error podría ser cuando se trata de lanzar una campaña a nivel mundial, traducida en 17 idiomas, para recaudar varios cientos de miles de dólares, o tal vez millones – ya que las sumas globales recaudadas quedan cuidadosamente ocultadas, pero ya tienen a más de 55.000 donadores-?

> Notamos además que el texto de presentación de la campaña está muy mal redactado, que sus términos son particularmente evasivos, que no existe ninguna página web asociada al proyecto mencionado, que los “campesinos” y “organizaciones” asociados no están designados, que los eventuales proveedores y beneficiarios de las semillas no están identificados, que las acciones proyectadas no toman en cuenta los varios obstáculos reglamentarios que nos perjudican desde hace 60 años, etc.

> Todo eso no es muy serio, y parece que esta campaña es una nueva impostura de la organización AVAAZ – cuyo carácter más que dudoso ya denunciamos en el pasado (solo en FR) – destinada solo a levantar fondos a costa de internautas generosos pero demasiado crédulos.

¡Pedimos entonces el abandono inmediato de esta campaña – o bien el detalle exacto y completo del proyecto mencionado en ella, si existe – y la más completa transparencia sobre el uso de los fondos recaudados, o su restitución a los donantes engañados!

> Les recomendamos la mayor prudencia respecto a esta campaña y, en general, respecto a la organización AVAAZ, y les invitamos a circular este mensaje al mayor número de destinatarios posible.

> El equipo de Kokopelli – el 16 de Julio del 2014.

Association Kokopelli – 22 Cap de Lourm – 09290 Le Mas d’Azil – France
> Tél : 05 61 67 69 87 – Fax : 05 34 02 14 54 / semences@kokopelli-semences.fr – www.kokopelli-semences.fr
> – – –

Publié dans Activisme & Dissidence, Centralisme démocratique, Consommation responsable, Info Censurée, Militance, Syndicalisme, Tutoriels militants | Tagué , | 1 commentaire

Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU favorable à la fin de l’impunité des multinationales. La France vote non.

jeudi 26 juin 2014, par AITEC, Attac France

Ce jeudi 26 juin, malgré l’opposition de la France, de l’Allemagne et des États-Unis, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU s’est prononcé en faveur d’un projet de résolution déposé par l’Équateur et l’Afrique du Sud afin d’élaborer de nouvelles normes internationales contraignantes sur les entreprises multinationales et les droits humains. Attac France et l’Aitec dénoncent le vote français contre une initiative bienvenue et justifiée, tant il est urgent de mettre fin à l’impunité dont bénéficient les multinationales et garantir l’accès à la justice pour les victimes de leurs activités.

C’est par 20 votes pour, 14 contre et 13 abstentions que la résolution en faveur d’un futur instrument légalement contraignant envers les multinationales a été adoptée au Conseil des droits de l’Homme (CDH) de l’ONU. Cette résolution, dont le principe avait été soutenu par 85 États de la planète en septembre dernier, ouvre une opportunité historique pour combler un manque flagrant : il n’existe pas, au niveau international, d’instrument juridiquement contraignant, pourvu de mécanisme de sanction, pour réguler et contrôler les impacts des multinationales sur les droits humains et assurer l’accès à la justice pour les victimes de leurs activités.

Les multinationales bénéficient ainsi d’une asymétrie dans le droit international puisqu’elles disposent aujourd’hui de toute une batterie d’instruments normatifs (accords de libre-échange, traités bilatéraux sur les investissements, mécanismes d’arbitrages internationaux, etc.) qui protègent leurs droits et leurs intérêts, renforçant d’autant leur pouvoir économique et politique. Toutes les tentatives passées pour sérieusement contrôler leurs activités et leurs impacts sur les droits humains ont échoué, notamment suite à leur fort lobbying, et seuls existent aujourd’hui des codes volontaires et des principes directeurs juridiquement non-contraignants et absolument inefficaces.

Pourtant, de Bhopal au Rana Plaza en passant par le cas de Chevron en Équateur ou de Marikana en Afrique du Sud, nous ne manquons pas de cas d’études et de documentation, y compris au sein des instances internationales, pour justifier la double nécessité de destituer l’architecture d’impunité dans laquelle évoluent les multinationales, et d’introduire des dispositions contraignantes garantissant que les droits économiques, sociaux, politiques et environnementaux des populations ne puissent être violés par les multinationales, et rester impunis.

Des centaines d’organisations et de mouvements sociaux du monde entier soutiennent la proposition initiée par l’Équateur et l’Afrique du Sud et se sont mobilisés cette semaine à Genève, et ailleurs, pour faire pression sur les États membres du CDH et sensibiliser l’opinion publique internationale. En votant en bloc contre le projet de résolution, les pays européens et de l’OCDE (hormis le Chili qui s’est abstenu) ont fait passer les intérêts des multinationales au-dessus de la protection des droits humains.

Attac France et l’Aitec appellent le gouvernement français à revoir sa position, et à s’expliquer à défaut. Nous considérons en effet que le soutien français à cette résolution n’aurait contredit ni la mise en application des principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits humains de l’ONU, ni le projet de loi français en cours de préparation sur la responsabilités des acteurs économiques à l’étranger, qui ne devrait comporter aucune mesure contraignante. Le lobby des multinationales françaises et le ministère de l’économie et des finances, qui étaient parvenus à grandement limiter la portée du contenu de la loi sur le développement et la solidarité internationale adoptée en février dernier [1] quant aux obligations des entreprises françaises vis à vis de leurs filiales et sous-traitants, a-t-il été plus fort que l’obligation de la France à respecter ses engagements internationaux sur les droits humains ?

Nos deux organisations suivront avec attention les suites qui seront données à cette résolution, en particulier les travaux du groupe de travail intergouvernemental qui devrait être créé d’ici 2015 pour construire des propositions plus précises. Elles s’engagent également à poursuivre leurs initiatives et mobilisations visant à réduire l’emprise du secteur privé, notamment à travers les accords de libre-échange et d’investissement, sur nos économies, sur la nature et sur nos vies.

Publié dans Activisme & Dissidence, Antimilitarisme, AREVA, Axa, Banksters, BASF, BP, Capitalisme Multinationales Banksters, Centralisme démocratique, criminalisation du militantisme, Ecologie politique, EDF-GDF Suez, Engagement & citoyenneté, Ethique, Europe, France, France Sarkozyste, France Socialiste, Humanisme, Ikea, Info Censurée, Justice & Droits de l'Homme, Militance, Mondialisation, Monsanto, Multinationales, Nouvel Ordre Mondial, Oligarques, Pacifisme et non-violence, Pharmafieux, Politique, Technocratie socialiste, Total, Tutoriels militants, Ventes d'armes, Veolia, Vinci | Tagué , , , | Laisser un commentaire

10 sites complètement inutiles (mais drôles) – Le blog du Modérateur

10 sites complètement inutiles (mais drôles) – Le blog du Modérateur.

Publié dans Militance | Laisser un commentaire